samedi 31 mars 2012

Le Grand Bec

Ce dernier jour de mars était réservé depuis plusieurs semaines pour une virée montagne avec Bado, Yoan et Patrick.
On avait prévu de faire 1400 de D+ maxi... mais j'ai aussi une invitation de Manu pour aller au Grand Bec ; invitation difficile à refuser car je sais que c'est pour marquer ces 50 ans, que Patrick est aussi super motivé par ce sommet emblématique, et que les conditions sont a priori très bonnes (2 sorties cette semaine sur skitour et camptocamp). Seul hic : c'est plus de 1900m de D+ avec un sommet qui culmine à 3398m, donc une vrai gageure d'amener Bado là-haut ! On arrive chez lui à 21h30 vendredi soir et il est super motivé par ce défi : lever 4h samedi et direction Champagny le haut où on retrouve Manu (qui a dormi dans sa voiture).
Le début est un peu difficile pour Bado : il fait nuit, la forêt est raide et il ne maîtrise pas la technique des conversions ce qui lui coûtent beaucoup d'efforts.


 Mais on fini par sortir de la forêt et les combes qui suivent invitent plus à la rêverie même si les pentes restent soutenues (il faut bien monter !).


On atteint tranquillement le refuge du Plan des Gouilles (2350m) après 1h30 de montée.




On remonte alors "Les Côtes Vertes" pour atteindre le glacier de Becca Motta et le col à gauche qui nous permettra de basculer sur le glacier de Troquairou :

Bado, Manu et Patrick dans la traversée du glacier de Becca Motta
Bonne pause au col, on mange, on boit, car on a presque 1400m de D+ dans les pattes et il reste du chemin...


La suite est plus technique avec la remontée du glacier de Troquairou jusqu'au sommet.


 Bado puise dans ses réserves, d'autant plus que sa technique de conversions n'est toujours pas au point.


Manu part devant, il a rendez-vous avec ses 50 ans...


Patrick et Yoan passent également devant et je reste avec Bado qui s'accroche.
On finit par rejoindre le sommet 7h30 après avoir quitté la voiture !

Le sommet du Grand Bec
L'équipe du jour
Bado fait même l'effort de l'aller retour au sommet d'où on a un panorama époustouflant à 360° :


Puis on attaque une fantastique descente avec la Grande Casse en toile de fond.


1ères pentes sous le sommet avec quelques belles sculptures glaciaires


Yoan s'envole, poursuivi par Manu
Le passage du verrou du glacier ajoute un peu de piment à la sortie : il faut négocier le passage piolet à la main pour être tranquille et bien maîtriser la technique du dérapage !



La suite est sans problème : grand ski, grands espaces et retour par les pistes de fond (plus de 5km) qui finissent d'achever Bado (et un peu les autres aussi !).




Le Grand Bec vu depuis Bozel
Un périple de 10h quand même, mais quel pied !


jeudi 29 mars 2012

Renaud Ornon Rochail

Réveil à 0h50... trop tôt !
Re-réveil à 2h30... encore trop tôt !!
Nouveau regard au réveil : il est 3h45... Le chat vient sur moi, ronronne un max puis fait subitement un bond pile sur Sonia qui se demande ce qu'il se passe. Du bruit dans l'escalier, c'est Marie qui descend car elle saigne du nez...
C'est l'heure, je pars !!!

5h30, prêt au départ
Départ 5h30 de Villard Notre Dame avec une petite idée en tête : enchaîner le Grand Renaud et le Pic du Col d'Ornon.

Je ne connais pas le coin et le départ est un peu difficile à la frontale : traversée de torrent acrobatique (c'est glissant et je manque de peu de passer à l'eau !), trace peu marquée et neige pourrie en profondeur. La suite se passe mieux et les premières lueurs de l'aube me permettent enfin de mieux profiter du cadre. Les 1ers rayons de soleil pointent sur le Grand Renaud très exactement à 7h30 alors que je suis proche du sommet (vers 2600m). 
A droite : le Grand Renaud (2776m)
A gauche : le Pic du Col d'Ornon (2872m)

Le Pic du Col d'Ornon et son couloir N que je vais remonter (vu du sommet du Grand Renaud)
 Un vent froid me cueille au sommet et je ne m'attarde pas trop : je suis le grand col jusqu'aux 1ers contreforts du Pic du Col d'Ornon et je m'offre ma 1ère descente du jour : une trentaine de virages dans une poudre super légère. J'attaque alors la montée au Pic du Col d'Ornon par son couloir N (tracée) et je salive d'avance à l'idée de la descente de ce couloir (tout en poudre)... 
Le couloir N du Pic du Col d'Ornon
 Seulement voilà, ce sera pour une autre fois car je débouche au collu sous le sommet et mon regard tombe sur le Rochail. J'avoue que j'y pensais bien un peu mais je constate à ce moment là que c'est tout à fait réalisable même si ça paraît un peu long et qu'il y a 2 inconnues : est-ce que ça passe en direct au Col du Rochail (?) et le sommet du Rochail est-il atteignable via l'antécime 2971m bien visible d'où je suis (?) Je prends rapidement le parti d'y aller et je ne vais pas le regretter !!!

Du Pic du Col d'Ornon jusqu'au Rochail : voilà le programme
La crête des Rochers de Terre Rouge passe bien : début à pied, puis skis aux pieds jusqu'au point 2784 où j'ai la réponse à ma 1ère question: l'accès direct au Col du Rochail n'est pas possible. 

Impossible d'accéder au Col du Rochail (en-dessous) directement
L'antécime du Rochail (2971m), c'est tout là-haut !
 Donc 2ème descente skis aux pied côté N jusque vers 2600m, encore dans une poudreuse tip top, puis remontée au Col du Rochail et à l'antécime du Rochail (2971m) d'où j'ai la réponse à ma 2ème question: l'accès au sommet du Rochail est aisé (arête rocheuse facile et aérienne). Sommet à 12h15, vue somptueuse...
L'arête entre l'antécime et le sommet principal


Sommet du Rochail (3022m)



Je skie l'épaule N, pensant pouvoir boucler sur la classique mais une barre rocheuse barre l'accès au glacier du Rochail : je suis obligé de remonter à l'arête pour rentrer par l'antécime. Dommage ! 
Départ à ski sous le sommet


4 personnes à la brèche 2859m (c'est la "classique" du Rochail qui ne permet plus d'atteindre le sommet)

Neige excellente au retour : de moquette rase (face NO de l'antécime) à poudre légère sur fond dur (en N sous le point 2837) en passant par une moquette à poils de plus en plus longs (jusqu'au refuge de sources et même jusqu'à sous les cascades).
Excellente neige dans la combe sous la pointe 2837m

A gauche traces de l'A/R au sommet
Au milieu, le col du Rochail
A droite mes traces de descente de la crête des rochers de terre rouge
Le vallon de la montée classique au Rochail

Par contre le retour à Villard Notre Dame est bien galère (neige pourrie quand il y en a).

Le retour vers Villard Notre Dame

Les 3 sommets du jour

Le sommet du Rochail avec mes traces de descente et de remontée sur l'épaule
 Au final une merveilleuse journée au prix de quelques efforts quand même (2300m de D+, 9h20 de voiture à voiture) !

dimanche 25 mars 2012

Richardière

Un beau dimanche avec Romain et Emmanuelle à Richardière dans le Trièves (au pied du Mont-Aiguille) avec évidemment le pique-nique, puis la fabrication de barrages dans le torrent et la recherche de fossiles : un programme idéal pour les enfants !








Au dessus d'Allemond

Le Tour de la Grande Lance d'Allemond se mérite (2130m de dénivelée et 8h de voiture à voiture avec le Grand Charnier d'Allemond au passage), mais quel tour fantastique !

Départ 7h de la voiture avec Patrick et Romain et on commence par une montée en forêt pour le moins compliquée avec beaucoup d'arbres qui coupent le chemin d'été :


On arrive enfin à la cabane du Chazeau où on peut chausser les skis :


Puis on remonte une superbe combe sous un soleil implacable :


Pour atteindre un collu qui nous permet de basculer dans un vallon plein sud :


Une belle 1ère descente sur une moquette digne de St Macloud :


On domine la vallée de Bourg d'Oisans, avec les Ecrins en toile de fond :


Repeautage vers 2150m avec le petit col en haut à gauche comme nouvel objectif :


Col qu'on atteint assez rapidement et où on rattrape 2 gars partis 1/4h avant nous :


On voit alors le 3ème col, tout proche : le Col de la Portette  (env. 2600m) :


Patrick arrive au col de la Portette, avec un panorama 5 étoiles :


Du col de la Portette, descente en poudreuse (rive gauche) ou moquette (rive droite) selon les goûts :


Jas du Four, altitude 2300m ; il faut maintenant faire la 3ème montée du jour vers le Grand Charnier d'Allemond (au milieu de la photo) :


La remontée du Jas du Four vers le Grand Charnier :


Et là c'est la catastrophe : plus de batterie dans l'appareil ! Vraiment dommage car Patrick et Romain ne montent pas avec moi au Grand Charnier donc pas d'images à montrer. Je descends par le couloir N du Grand Charnier en grosse poudre vierge de toutes traces : plaisir intense.
Je retrouve Patrick et Romain à la base du couloir (descendus par un couloir un peu plus à l'Ouest) et retour par le Pas du Bessey, la cabane du Chazeau et la forêt qu'on fera à pied sur les 300 derniers mètres.

Je suis descendu par le grand couloir à gauche
Patrick et Romain par celui de droite
(merci Romain pour la photo)