samedi 30 novembre 2013

vendredi 29 novembre 2013

Cornus

Objectif faune ce matin : j'y vais tous les ans en novembre et on est déjà le 29...
Départ vers 9h de l'aire de pique-nique de Prélenfrey, encore accessible en voiture à condition de contourner la barrière de dégel à la sortie du village en passant par le champs (suivre les traces des chasseurs quoi !). Et ça se présente sous les meilleurs hospices puisque j'aperçois déjà un chevreuil en lisière de forêt juste avant de garer la voiture.  Un départ skis aux pieds mais c'est juste un moyen de redescendre plus vite tout à l'heure en suivant la piste forestière puis la route des Bordeaux (j'aurai quand même droit à quelques beaux virages dans la trouée d'avalanche sous le pilier S du Gerbier et dans le pré ci-dessous). 


En 1 heure je suis sous les falaises. 7 chamois s'éloignent tranquillement vers le Sud, l'un d'eux restant en vigie sur un gros rocher pour mieux me surveiller. Il rejoindra les autres dès que j'aurai pris la direction opposée à la leur.


Arrivé à mon emplacement habituel d'observation, la vue s'ouvre vers le Nord sur (de gauche à droite) : la Chartreuse, la cuvette grenobloise, le Mont-Blanc, Belledonne, les Grandes Rousses, le massif du Taillefer, les Aiguilles d'Arves...


Les bouquetins sont bien là... mais il faut regarder vers le haut : ils sont au niveau supérieur où il va donc falloir que je monte. Je laisse les skis là (je les récupérerai au retour) et attaque donc ce ressaut rocheux. C'est assez simple, il suffit de suivre leurs traces qui se faufilent entre les barres.








Les jeunes m'observent tandis que je me rapproche. Ils se découpent sur le bleu du ciel, on dirait qu'ils posent rien que pour moi !



Arrivé à leurs hauteurs, ils sont fidèles à eux-mêmes et se sont à peine écartés : ils ne sont pas farouches si on respecte une certaine distance de sécurité. Je me pose donc et profite de l'instant d'autant plus qu'il fait bon au soleil.


Ma position est plutôt sympa : des bouquetins sur la croupe à gauche...


... des chamois en haut ...



... et d'autres bouquetins à droite.

Qui a dit que les animaux ne profitaient pas du paysage ?
Regardent-ils Grenoble ? la Dent de Crolles ? le Mont-Blanc ? Allez savoir...


On n'est pas bien là ?


Faites moi rire !


Les bouquetins, Prélenfrey, le Sénépy et l'Obiou


Les chamois aussi savent poser, mais c'est plus difficile de les approcher !


Ma trace de retour (j'ai préféré ne pas franchir le ressaut rocheux à la descente, prudence est mère de sûreté...)


Il n'y a (presque) plus qu'à se laisser glisser jusqu'à la voiture !

mercredi 27 novembre 2013

Jas des Lièvres

Une première pour Patrick et pour moi : un démarrage en peaux de phoque de Prapoutel !
Il fait -8°C au départ et les canons à neige tournent à plein régime sur le front de neige et sur les pistes, notamment celui-là en bas de la piste de Bédina qui a formé un gros tas dont je ne sais pas trop quelle sera l'utilité (une réserve de neige ?).



Dans la combe de Bédina , le cirque supérieur se dévoile. Je l'avais déjà visité en boucle depuis le haut en mars 2011 mais c'est la première fois que j'y accède par le bas. On constate le déficit de neige : les herbes sortent et le 1er ressaut devant nous est parsemé de blocs encore découverts : un vrai champ de mines qu'on évitera en ne descendant pas par là.


Un peu plus tard, vers 1800m, un regard dans notre dos alors qu'on est dans le frigo de ce versant NW : le beau chaos rocheux qu'on vient de traverser domine la mer de nuages - en cours de dislocation - et la Chartreuse.


Plus haut, le couloir N du Jas des Lièvres se dévoile : on n'a qu'à suivre la trace qui y mène.



A la sortie du couloir, on trouve à la fois le soleil (avec plaisir !) et une superbe vue sur le Grand Pic de Belledonne où nous étions ensemble il y a 2 mois presque jour pour jour.





Après avoir mangé un morceau au sommet, on prend le chemin du bas car Patrick a un impératif horaire. Le départ à ski sur la croupe au soleil dominant la vallée est très panoramique et contraste avec le couloir N à l'ombre dans lequel on va plonger.



Dans le couloir la neige est correcte mais le remplissage n'est pas suffisant pour permettre de se lâcher.



On trouve de très bons passages dans les pentes ouest en dessous du couloir, dommage que ce soit si court ! 


A droite au soleil, le col de Bédina nous attend : on va y remonter pour basculer sur les pistes de Prapoutel (où on est sûr de redescendre sans abîmer les skis).



La descente par les pistes est agréable, sur une neige à canon agrémentée de quelques jolies bosses. La station prépare son ouverture !



D+1100m 
Durée 3h40

Un an de plus

Au tour de Sonia de prendre un an de plus.
Quelques douceurs pour faire passer la douleur !



lundi 25 novembre 2013

1ère neige

Même si la météo n'était pas au rendez-vous aujourd'hui, il n'était pas question de ne pas profiter des chutes de neige de cette semaine. Au col de l'Arzelier la couche est d'environ 20cm et permet largement de faire de la luge. Par contre pour le ski, il faudra attendre encore un peu... 



On a invité Maïlis à se joindre à nous, pour le plus grand bonheur d'Emma !



La neige est assez dense - le soleil a fait son œuvre ces 2 derniers jours - et convient bien pour la construction. Dommage que l'igloo imaginé par Marie et Elise était un peu grand, on n'a pas réussi à le finir...



On aura aussi fait un trône sur lequel chacune a posé.



samedi 23 novembre 2013

Beaujolais

C'est un marathon purement festif où les performances chronométriques ne sont pas vraiment la priorité (ça se gagnera en 2:33:13) mais il faut quand même donner un temps à chaque participant ! Peut-être qu'un jour je choisirai de le courir, histoire d'avoir fait une fois un marathon dans ma vie ?


dimanche 17 novembre 2013

25 ans

C'est le cumul d'âge d'Elise (12) et Seïla (13) qu'on a fêté autour d'un bon repas accompagné d'un Morgon (il fallait un Beaujolais bien-sûr) et terminé avec 2 beaux gâteaux.
Bon anniversaire les filles ! 

samedi 16 novembre 2013

Chamrousse

Appel loupé suivi d'un SMS de Romain hier à 16h30 : "Tu sais pourquoi je t'appelle, pas vrai ?"
La réponse est évidente : il veut sortir les skis le bougre ! Rendez-vous donc à 7h ce matin sur le parking du magasin jaune et bleu avec également Patrick que j'ai convié au festin. En matière de festin il faudra attendre un peu, ça manque encore beaucoup de neige mais la saison est désormais lancée !

Depuis Chamrousse, le lever de soleil sur le Vercors est toujours aussi classe.


Côté Chartreuse c'est pas mal non plus.


La descente sur les lacs Robert : du bon ski et même de la poudre sur le bas.


Grand Eulier et lac Robert en parure de début d'hiver.


Après la remontée au col des Lessines, descente sur le lac des Escombailles dans une neige qui chauffe vite (plein Sud). Le lac Fourchu où j'étais il y a 48h est pile en face, dans l'ombre.


Puis c'est la remontée au col de la Botte (on a tourné le dos aux Grands Vans, trop peu enneigés à notre goût).


Retour à la Croix avant de redescendre sur Chamrousse, on croise la foule des grands jours alors que la station est encore fermée.


C'étaient les 800 premiers mètres de dénivelé de la saison 2013/2014, j'espère qu'il y en aura beaucoup d'autres...

jeudi 14 novembre 2013

Lac fourchu

Coup de fatigue ce matin après la soirée bowling d'hier soir, me coucher tard ne me réussit vraiment pas ! Je me décide finalement à bouger après avoir vu que la mer de nuages se situe autour de 1800m (merci les webcams de Chamrousse). Hésitation quant à la destination : lac Achard ou lac Fourchu ? C'est le second qui l'emporte et me voilà parti du ruisseau des Fontenettes (altitude 1600m, dans l'angle en bas à gauche de la carte) pour une longue virée d'une quinzaine de kilomètres dans la neige.


Passage au lac Claret après 30mn : ambiance froide et ouatée (photo couleur et pourtant on dirait du noir et blanc !). Je dérange un ongulé (chevreuil ou biche ?) dont j'entends la fuite dans le brouillard.


1/4 d'heure plus tard, au lac du Poursollet et toujours dans le brouillard. Le panneau Baignade Interdite me fait sourire, pas envie de me baigner de toutes façons...
 

Vers 1800/1900m, le miracle a lieu : j’atteins la surface de la mer. Je remonte jusqu'au plateau puis continue à droite jusque vers 2100m pour faire un panoramique du plateau des lacs encore en partie dans l'ombre du Rocher Culasson.


Après quelques moulinets de bras pour faire revenir le sang dans les doigts, je descends vers les lacs (et le soleil !). La mer déborde régulièrement sur le plateau puis se retire, un peu comme des vagues sur la plage.


 J'observe un couple d'Aigles Royaux qui tournent dans l'air glacial.


Arrivé sur la butte à droite du lac Fourchu, alors que je profite enfin du soleil tout en regardant vers la Meije et les Aiguilles d'Arves, je manque me faire engloutir par une nouvelle vague...











 Après une rapide pause casse-croûte - il fait trop froid - le tour du lac Fourchu me permet de me réchauffer et d'avoir une autre vue panoramique du Grand Galbert (à droite) à la Crête de Brouffier (à gauche).


Il est temps de redescendre, l'heure tourne et le chemin de retour est long. La mer de nuage est descendue et je profite d'une belle lumière sur le lac du Poursollet qui commence à prendre sa parure d'hiver.



Retour à la voiture 4h20 après l'avoir quittée, bien content de m'être botté le c.. et de ne pas avoir cédé à la paresse. C'est vrai que je n'ai toujours pas chaussé les skis, mais cela ne saurait tarder (?) et ce genre de balade à pied dans la neige n'est pas non plus pour me déplaire !

Toutes les photos ici.