mercredi 31 décembre 2014

1er forfait

Une matinée à l'Arzelier avec les filles pendant que Sonia travaille. Malheureusement la mer de nuages culmine vers 1700m (vu l'après-midi sur les webcams de Chamrousse) alors que le sommet de la station n'est qu'à 1500m, on est donc restés dans la crasse... et on s'est bien gelé avec un thermomètre qui indiquait -5°C à la voiture. Ce qui est sûr c'est qu'on n'était pas nombreux sur les pistes ce matin !


mardi 30 décembre 2014

Mont St-Mury

On aura au moins rechaussé une fois les peaux de phoque avant de passer en 2015... Une sortie plutôt de type "randonnée nordique" où on aura posé bien peu de virages mais là n'était pas l'objectif, il s'agissait avant tout de s'aérer et - pour Patrick - de découvrir une zone de Belledonne qu'il n'avait pas encore visitée. Nous voilà donc au refuge de Pré Mollard avec notre objectif en arrière-plan (en haut à gauche) : le Mont St-Mury (2038m).


Il fait bien froid : -7°C au départ au col de Pré Long et je pense un bon -15°C en haut sur les crêtes avec le vent du Nord. En face, la Chartreuse a elle-aussi revêtu son manteau blanc.


Jolie traversée en neige froide et dans un froid polaire, sur fond de Grand Replomb.


Patrick en arrêt devant ce magnifique paysage hivernal. L'ascension du Grand Pic de Belledonne que nous avions faite ensemble en septembre 2013 serait une aventure plus engagée aujourd'hui par ces conditions. Voilà un bel objectif à se fixer...


En face de nous, le refuge Jean Collet visité en famille et déjà avec Patrick en juillet 2012. Son accès en hiver n'est pas aisé, les seules traces qu'on peut voir autour sont celles des chamois.


La mer de nuages sur le Grésivaudan est en cours de dislocation.


Nous nous arrêtons ici, le sommet suivant (la Pointe de la Sitre) est trop soufflé et 850m de D+ nous suffisent pour aujourd'hui, c'est une reprise ! Les observateurs remarqueront que j'ai dû improviser une paire de bâtons, les originaux étant bien sagement restés au garage...


On valide le vrai sommet du Mont St-Mury (2038m) par un rapide aller retour à pied.


Un sommet qui offre un panorama splendide sur la vallée de l'Isère.


Cette croupe Nord sous le Mont St-Mury est le seul endroit où on peut enchaîner quelques beaux virages, la suite étant nettement moins skiante.


En effet, l'enneigement n'étant pas suffisant on se contente de suivre la route jusqu'à la voiture.


Espérons qu'il neige à nouveau pour bien démarrer l'année 2015 !

lundi 29 décembre 2014

Trail hivernal

J'avais prévu d'aller brasser à pied dans la poudreuse pour profiter de cette 1ère chute de neige (un bon 40cm au col de l'Arzelier) mais la fermeture éclair d'une de mes guêtres ayant explosé au moment de partir, je suis contraint d'improviser une autre activité. Va pour un aller retour en courant sur la neige en suivant les pistes de fond.


Je prends plaisir à trottiner dans cette belle ambiance hivernale.


Par contre quel froid, il faut dire que le thermomètre de la voiture indiquait -7°C.
Mais quel cadre sous les Moucheroles et Sœur Agathe.


Au retour je ne parviendrai pas à doubler ce papy fondeur, mais il s'en est fallu de peu !


2h à trotter dans la neige : un bon moyen d'évacuer les excès de Noël, non ?

jeudi 25 décembre 2014

Joyeux Noël


Encore beaucoup de cadeaux cette année (mais on est nombreux...) !

Le sapin du 24 au soir chez Bernard et Françoise

Et celui du 25 chez Gaby et Nicole

mardi 23 décembre 2014

Abattage

C'était la mission du jour : abattre le pin dans le jardin de mes parents. C'est toujours un crève cœur de couper un arbre, surtout de cet âge (25 ans) et de cette taille (une bonne dizaine de mètres), mais il faisait trop d'ombre sur la maison en hiver et cachait Belledonne...


Une opération de bûcheronnage qui n'était pas pour me déplaire - je suis toujours partant pour aller faire le zouave en hauteur - et qui s'est parfaitement déroulée.

lundi 22 décembre 2014

Le lundi au soleil

"Le lundi au soleil, c'est une chose qu'on n'aura jamais "  chantait Claude François.
Et bien c'était tout le contraire pour nous ce lundi !!!

Il a bien fallu un peu booster les troupes pour partir mais nous voilà finalement à 11h30 sur le chemin du Col Vert, à l'embranchement avec le sentier du Périmètre. Il était hors de question de ne pas profiter de ce beau soleil.


Pour changer un peu, on part sur le sentier du Périmètre que les filles ne connaissent pas. Il a l'avantage d'être quasiment plat en plus d'être très panoramique, c'est exactement ce qu'il nous faut aujourd'hui.


Et comme je connais les lieux par cœur, je sais qu'il y a un coin idéal pour pique-niquer.


Il faut juste faire attention à la falaise qui borde ce petit coin de paradis, il serait dangereux de venir ici avec des touts petits.

Il n'y a que les grands qui ont le droit de s'approcher du bord !


Il n'y a pas que nous qui profitons du fait que l'hiver soit en retard.


Mais nous voilà déjà repartis sur le sentier du Périmètre, il faut profiter du soleil avant qu'il ne passe derrière les falaises.


L'itinéraire est on ne peut plus simple, c'est droit vers les Sultanes.


Cerise sur le gâteau, on a la chance de croiser deux chamois qui passent plus haut sous la falaise.




On redescend après avoir longé toute la base des arêtes du Gerbier.


Fin de la boucle et retour vers le parking avec le soleil dans le dos, serions-nous devenus des géants ?


Et on verra même encore deux chevreuils au loin qui profitent eux aussi de ce lundi au soleil.


dimanche 21 décembre 2014

Coup de blues

"Coup de Blues", c'est le nom de la voie qu'on vise aujourd'hui avec Patrick. Elle se situe aux Tourelles de l'Homme, juste derrière le plateau de l'Arselle à Chamrousse où le ski de fond n'est pas vraiment d'actualité vu que la neige n'est toujours pas là. Il est 10h30 quand on quitte la voiture, un vrai horaire du dimanche !


Approche dans une belle ambiance mais avec une inquiétude : on est juste à la limite de la mer de nuages. C'est déjà peu commun d'aller grimper à 1800m d'altitude un 21 décembre, mais si le soleil n'est pas au rendez-vous ça risque de devenir rock and roll !


Et on déchante rapidement : les nuages sont bloqués sur la vallée de la Romanche et toute la base de la falaise est givrée. Non seulement il fait froid mais la visibilité est réduite et nous empêche de nous repérer facilement pour trouver le départ de la voie.


Après plusieurs allers retours dans les pentes boueuses/herbeuses/rocheuses, on est en plein doute. Sans se le dire, on pense tous les deux à la situation du 12 septembre dernier où on avait déjà un peu galéré...


Mais on ne lâche pas le morceau et on finit par trouver 2 spits d'accès malaisé qui nous paraissent correspondre au départ probable de la voie. On s'équipe et c'est parti vers le haut. Il est déjà 13h15...


 Une ambiance qui ne fait pas rêver. Dire qu'on était venu chercher une face SE au soleil, on est loin du compte !


Fin de la 1ère longueur, on rejoint une vire équipée d'un câble. Il s'avère que c'est le vrai départ, mais ça on ne le saura que plus tard. 


Heureusement notre obstination va payer, on voit désormais que le soleil nous attend plus haut.


La voie sort sur l'éperon à droite du pin.


Patrick me rejoint bientôt au 2nd relais qui marque la limite de la mer de nuages.


Et avec le sourire s'il vous plaît !


Départ du 2nd relais dans une ambiance magnifique, c'est ça qu'on était venu chercher !


Dans la 3ème longueur, au dessus des nuages.


La 4ème et très belle dernière longueur. La seule qu'on fera entièrement au soleil.


Patrick à l'assurage.


Une ombre me suit fidèlement...


Je bricole un relais juste avant la sortie de façon à pouvoir faire des photos de Patrick dans la dernière longueur. Soudain une voix me parvient du dessus et, ô surprise, c'est Jean-Michel Cambon en personne qui me demande pourquoi j'ai fait le relais à cet endroit ! Pour ceux qui ne le savent pas, cet homme est une figure de l'escalade moderne et on pourrait presque dire "l'architecte" de ce site puisque c'est lui qui a équipé la quasi totalité des voies de ce secteur depuis la fin des années 90. Sympa d'être accueilli par l'ouvreur à la sortie d'une de ses voies !


Patrick s'éclate dans cette dernière longueur.


Et nos ombres continuent de nous suivre fidèlement.


L'appareil photo change de main pour les derniers mètres, l'occasion pour une fois de voir ma tronche (je suis au relais juste sous la sortie).


Avec un cadre exceptionnel dans notre dos : le Grand Galbert (au ras de la Tour de l'Homme), les Rochères, le Taillefer et la crête du Brouffier.


Patrick et mon ombre sur les crêtes de l'Homme.


Côté Sud, ce n'est pas mal non plus...


Ce "Coup de Blues" nous aura finalement permis de vaincre le signe indien qu'on sentait planer sur notre cordée quelques heures plus tôt quand on errait dans le brouillard au pied de la falaise... Comme quoi il faut toujours persévérer ! Et maintenant place à l'hiver, au moins pour ce qui est de la date.