jeudi 27 février 2014

Un plan à 3

Hier soir, Marine propose un plan à trois à sa copine Sandrine. Et le 3ème c'est moi (pour les esprits mal tournés, je précise qu'il s'agit d'un plan "ski de rando").
Ce matin, le départ se fait assez tard (10h20) après dépose des enfants à l'école, récupération du fils de Sandrine à Vif pour le monter à Monestier et récupération du matériel de Sandrine stocké au local des pisteurs de Gresse en Vercors. L'objectif est le Rocher du Baconnet que j'ai déjà parcouru un certain nombre de fois mais jamais en partant de Chauplane.


(Au moins) 3 chamois nous surveillent du haut des rochers. Ils restent strictement immobiles mais n'échappent pas à nos yeux affutés !


Départ tranquille dans une ambiance ouatée.

 
L'itinéraire ne dénivelle pas bien vite mais on passe rapidement au-dessus des nuages.


Sandrine nous fait partager sa connaissance de la neige, les différents types de grains, les niveaux de cohésion, les traces permettant de déduire le sens d'où le vent a soufflé, etc. Je connaissais la théorie mais une mise en pratique est toujours la bienvenue !


Faire la trace dans ce décor est un vrai plaisir.



Voilà les pentes vierges qui n'attendent que nous !


Un skieur nous a précédés, du coup on profite de sa trace. Je laisse les filles monter à leur rythme et j'accélère pour rejoindre rapidement la crête et m'offrir une 1ère descente. Une belle trace dans une neige déjà densifiée par le soleil qui sollicite bien les cuisses.


Malheureusement un voile nuageux nous enveloppe alors que je remonte pour rejoindre Marine et Sandrine. Du coup on attaque la descente sans trop s'attarder.


Il semblerait que les filles se fassent également plaisir !


Je connais de pires endroits...


Le retour sera tout aussi tranquille, dans le calme et la volupté.
Normal pour un plan à trois, non ?

mercredi 26 février 2014

Mario



Connaissez-vous Mario le footballeur ?

Il ne lui manque pas que les chaussures...

lundi 24 février 2014

Stadium Vélodrome

De retour aujourd'hui du Stadium Vélodrome de Bordeaux où se sont déroulés les Championnats de France d'Athlétisme en salle ce week-end. Voilà la salle à notre arrivée jeudi matin après avoir déchargé le matériel.


Et voilà ce que ça donne le lendemain une fois tout installé.


Vue des postes de chrono et d'incrustation TV


Un poste de suivi de concours (ici le lancer de poids)


C'était mon 1er événement de l'année, de nombreux autres vont suivre...

mardi 18 février 2014

Brèche du Sorbier

Ce matin je pars pour le bureau, tombe rapidement sur un bouchon sur l'A51 à hauteur de Varces, fais 1/2 tour à la 1ère sortie et bosse à la maison.
A 13h30, je dépose Emma à l'école et file sur Chamrousse pour profiter du beau soleil et de la belle neige tombée ce week-end.
Départ à 14h20 du parking de Casserousse bien enneigé.


1 heure plus tard, je suis à la brèche Robert N où je croise un randonneur qui arrive de la combe du Sorbier. Il me dit que la neige y est 5 étoiles. Le choix me paraît judicieux d'autant plus qu'il est déjà 15h30 : cette combe est moins ouverte au SO que celle des Vans (où j'avais prévu de monter) donc la neige y transforme moins vite. Je file donc dans ses traces : c'est tout droit en face sur la photo, il s'agit de monter la 1ère pente puis de suivre grosso modo la limite ombre soleil jusqu'à la brèche à gauche de la petite dent caractéristique entre Grands Vans et Grand Sorbier.


Du haut de la 1ère pente, regard en arrière sur le Grand Eulier fait il n'y a pas si longtemps malheureusement pas sous le même soleil.


Il est déjà 16h30 et il faudrait remonter des pentes raides et plein Sud pour atteindre le sommet du Grand Sorbier que je connais déjà, je m'arrête donc à la brèche. La vue donne de l'autre côté sur la vallée de la Romanche et le fameux couloir de l'Infernet, un des musts du ski de pente raide qui a l'air d'être en bonnes conditions (?).


Après une pause grignotage, je chausse et m'offre ma meilleure descente depuis le début de la saison. Il n'y a que 4 traces avant moi dans la combe, la neige s'est légèrement densifiée mais reste un vrai régal.


Sentiment d'allégresse dans la grande pente du bas , dans une chaude lumière du soir et le calme revenu puisque le télésiège des Roberts est désormais fermé.


Dernier regard sur la combe d'où je viens (à droite) et el Grand Eulier (à gauche) avant de plonger sous la brèche Robert Sud et rejoindre l'itinéraire de montée au niveau du lac des Pourettes.


17h35 : fin d'après-midi sur la piste olympique homme désertée.


Malgré une condition physique vraiment pas au top, j'ai bien fait de me motiver...

samedi 15 février 2014

Emma progresse

Dernier samedi à Gresse-en-Vercors avec les filles, les prochains week-ends seront consacrés au boulot. Marie et Elise skient avec les copains et copines, tandis que j'accompagne Emma qui est de plus en plus à l'aise sur les skis.


Avec elle, après 3 descentes, il faut toujours faire une petite pause grignotage !


Puis c'est reparti de plus belle avec, pour la 1ère fois, la montée au sommet des pistes et donc la descente de la rouge "Les Bouquetins" (lesquels sont d'ailleurs nombreux là-haut dans les falaises).


Il faudra maintenant quelques cours avec un vrai moniteur pour affiner la technique (les conseils de papa n'étant pas vraiment écoutés...) et Emma sera prête à suivre ses sœurs !

jeudi 13 février 2014

Anti pies

Ce matin aurait dû se passer en montagne et sur les skis mais la météo en a décidé autrement. J'ai quand même sorti le matériel de montagne - sangles, mousquetons, longes et baudrier - mais pour me pendre sous le toit... 


Objectif : tisser une toile destinée à empêcher les pies de venir se poser : non seulement elles ch.... et leurs déjections sont bien visibles (même si j'ai nettoyé grossièrement avant de prendre la photo) mais surtout elles font un tel raffut le soir qu'elles empêchent les filles de dormir !


En espérant que cela soit suffisant pour que Mesdames les pies choisissent d'aller voir ailleurs !

dimanche 9 février 2014

Promenade

La promenade de samedi après-midi avec les filles, c'était le Muséum de Grenoble. L'occasion de voir les animaux de la montagne dans leurs cages de verre, mais aussi ce formidable animal. A chacun d'imaginer de quel croisement il peut être issu !


Mais on n'a pas vu que des animaux naturalisés : en traversant le Parc Paul Mistral pour retrouver la voiture, on en a rencontré de bien vivants !


Et dimanche après-midi, le beau temps étant revenu (au moins temporairement !), la promenade s'est faite à pied au départ de la maison.


Tabor

Sortie au Tabor (2389m) avec Sébastien F, Romain et Emmanuelle.
Départ un peu avant 8h de St Honoré 1500 sous une météo moins pire que prévue. On se met même à espérer que les éclaircies annoncées pour l'après-midi seront en avance...


La station fantôme de St Honoré 1500 a (définitivement ?) fermé en 2005 : l'or blanc transformé en plomb comme écrivait la presse de l'époque. Un désastre immobilier et les promoteurs ont tout laissé en plan, laissant une belle cicatrice dans le paysage.


Je suis le seul à déjà être venu par ici donc j'ai le privilège de faire la trace.
Il s'agit surtout d'éviter de rester au fond des talwegs, où la neige s'est amassée, et de rester sur les croupes dégarnies par le vent.


On choisit d'un commun accord de s'arrêter sous le ressaut qui permet d'accéder aux pentes sommitales : la pente est chargée et suffisamment raide pour qu'une éventuelle plaque se déclenche, ce qui est fort possible vu le vent de ces derniers jours. Nos 2 poursuivants se posent moins de questions et franchissent le passage après nous avoir dit qu'ils comptaient sur nos 4 pelles au cas où ça partirait !


Pas de regret d'autant qu'il neigeote et qu'on a droit au "jour blanc" pour débuter la descente. C'est Sébastien qui lance les hostilités.


Emmanuelle est circonspecte : faut-il vraiment y aller ?


Elle se lance finalement et se débrouille plutôt bien malgré ces conditions difficiles.


Heureusement les conditions de visibilité s'améliorent rapidement.


On croise pas mal de monde en train de monter alors que les nuages laissent apparaître un peu de ciel bleu.


La meilleure portion est dans la combe du bas qui a moins souffert du vent.





Un seul regret peut-être : le soleil sort alors qu'on arrive au parking...


Il faudra réunir la même équipe pour revenir et faire le sommet !

Le Tabor vu depuis Pierre Châtel.

vendredi 7 février 2014

... bougies

19 ans pour les JO de Grenoble, je vous laisse faire le calcul pour ceux de Sotchi...
Bon anniversaire Nicole !



jeudi 6 février 2014

Grand Eulier

Deuxième sortie du jeudi programmée avec Marine : après le Chamechaude de la semaine dernière, direction Belledonne et le Grand Eulier. Comme on passe devant chez Rémi, on l'embarque au passage et c'est donc à 3 qu'on part du parking de Casserousse. Il est à 10h tout rond et le parking est bien rempli mais on ne croisera finalement pas tant de monde que ça.


La montée se fait tranquillement, en forêt, juste  ponctuée par la petite descente sur le lac des Pourettes. La suite de l'itinéraire consiste à atteindre la brèche Robert Nord bien visible au soleil à la base de l'arête S du Grand Eulier, arête que l'on contournera pour atteindre le sommet par la face Sud. On pourrait aussi monter par le couloir évident en face Ouest mais cela ne serait pas très raisonnable vu les conditions du moment !


Vu de plus près (la brèche Robert est à droite).


Marine prend les devants tandis qu'on papote avec Rémi.


Puis je mets un coup de turbo afin de prendre une vue de mes acolytes du jour sur fond d'agglomération grenobloise.


Zoom sur Marine arrivant à la brèche.


Puis c'est au tour de Rémi, avec un plan un peu plus large.


A la brèche, on vire à gauche pour remonter les pentes Sud du Grand Eulier, tournant le dos au domaine skiable de Chamrousse.


Sommet, 2232m. On ne traîne pas trop car le ciel s'est chargé et le vent souffle assez fort. Je prends quand même le temps de montrer à Marine les sommets environnants, le Grand Eulier étant le balcon idéal sur les Grands Vans, le Grand Sorbier, les Vaudaines, etc. jusqu'à la Grande Lance de Domène et le Grand Colon. De quoi occuper encore pas mal de jeudi !


 Vu comme ça, la Croix de Chamrousse paraît toute proche du Grand Veymont !


 J'avais envisagé la descente par le versant Est mais on opte finalement pour une descente par l'itinéraire de montée, ce qui évite d'avoir à remettre les peaux. C'est Marine qui ouvre le bal avec une petite note artistique.


Rémi prend la suite, dans une neige déjà densifiée par le soleil pas si facile que ça à skier.


La neige est meilleure sous la brèche Robert même si le fond dur reste bien présent.


Derniers virages avant la pause pique-nique.


Seul inconvénient de la descente par le lac des Pourettes : il faut remonter quelques mètres skis sur l'épaule...


14h : arrivée à la voiture skis aux pieds pour clore ce sympathique périple à 3.