jeudi 29 mai 2014

Jamais 2 sans 3

C'est ce que je me suis dis ce matin quand Sonia m'a dit :
"J'irais bien voir les bouquetins au Pas de l'Aiguille".
En route donc pour ma 3ème visite au même endroit en 20 jours !


Emma est toute contente de faire le guide pour sa soeur, je dis bien sa sœur et pas ses soeurs car Elise a une fois de plus préféré rester à Vif pour un barbecue avec ses copines...


Sonia multiplie les photos de fleurs, c'est tellement beau !


Evidemment les bouquetins sont au rendez-vous.


Et nous offrent même une petite chorégraphie.


Petite pause avant le raidillon final.


On y est presque.

 
 Du bleu, du blanc, du rose... Quelle couleur préférez-vous ?.


 

 Pendant la pause pique-nique au Pas de l'Aiguille, 2 vautours fauves nous survolent.



On passe par le Monument de la Résistance, puis le petit lac qui lui succède.



Pour arriver au refuge de Chaumailloux investi par un groupe d'étudiants infirmiers qui vont y passer la nuit.


Nous voilà au point culminant de la randonnée, au moins pour Sonia et les filles qui vont redescendre par le même chemin.


De mon côté, je continue vers le haut et pour rejoindre le Pas de la Chèvrerie qui domine le plateau de Chaumailloux.


Sur les Hauts-Plateaux, en direction du sommet de la Montagnette (1972m).


 Arrivée au Pas de l'Essaure.


 Vue du Pas de l'Essaure, il me reste à rejoindre les filles en bas à Chichilianne.
 

De leur côté, dans la descente, les filles reverront des bouquetins... et des fleurs !



samedi 24 mai 2014

Au Pieu

Ce n'est pas au lit que j'ai passé 2h cette après-midi mais au Pieu, le sommet qui domine Vif du haut de ses 1270m (donc quasiment 1000m au-dessus de la maison). Un tour effectué en mode course : sommet atteint en 1h15, pauses photos comprises. Je ne pouvais pas faire autrement que m'arrêter prendre en photo ce superbe champs d'asphodèles.



 Le sentier sur la crête est agréable, c'est un bonheur de trottiner ici.


Le sommet du Pieu avec le Cornafion (où j'étais mercredi) derrière à gauche.


La Croix du sommet domine Grenoble (à gauche) et Vif (à droite).



10mn au sommet et puis 30mn de descente me ramènent à la maison.
Une boucle un peu sportive où les 3 jours de randonnée qui ont précédé m'ont permis de n'avoir aucune courbature le lendemain (ce qui n'avait pas été le cas le 3 octobre 2012 lors de ma dernière visite...).


Festival du Mouvement

Le Festival du Mouvement se déroule à Vif ce week-end, Elise et Emma y participent.
D'abord Elise, vendredi soir, pour un spectacle de danse sur la pelouse dans le Parc Champollion, juste en face de la maison.


Puis au sein de la déambulation dans les rues de Vif samedi matin.



vendredi 23 mai 2014

Rebelote au Pas de l'Aiguille


Aujourd'hui c'est à la demande de Jacques qu'on fait ce circuit qu'il a vu sur ce blog.


Comme prévu, les bouquetins sont là, dans les rochers sous le Pas de l'Aiguille.



Arrivés au Pas, on poursuit dans les prairies à gauche alors que 3 autres randonneurs (les seuls qu'on verra aujourd'hui) rejoignent le Monument de la Résistance.


On longe la crête dominant les pentes où se trouvent les bouquetins.


Jacques admire le point de vue sur le Mont Aiguille et les Rochers du Parquet.


Un jeune bouquetin se promène dans la falaise, insensible au vide qui l'entoure.


D'autres se reposent sur leurs banquettes aériennes.



On quitte le bord des falaises pour une balade bucolique dans les alpages fleuris sous la Tête Chevalière.


Retour vers le refuge de Chaumailloux et pause pique-nique sur la crête au-dessus du refuge face au triptyque Grand Veymont / Rochers du Parquet / Mont Aiguille.


A la descente on passe par le Monument de la Résistance.



Encore quelques photos des bouquetins avant de rejoindre la voiture qui nous attend en bas.



Au retour, on fait un petit détour car je tiens à montrer à Jacques la petite chapelle de Trézanne qui fait face au Mont-Aiguille.



Jacques, maintenant que tu connais, tu peux y retourner quand tu veux avec Paul ;-)

jeudi 22 mai 2014

Tête de Garnesier

C'est avec Marine que je devais randonner aujourd'hui mais elle annule par SMS à 8h ce matin. Je décide de partir quand même sur mon projet initial dans le Dévoluy. Alors que je dépose Emma à l'école, je croise Russel avec qui on s'est promis déjà x fois de faire une virée en montagne ensemble : je lui lance donc l'invitation au pied levé. Il se trouve qu'il ne travaille pas aujourd'hui donc il accepte aussitôt. On se retrouve 1/4h plus tard devant chez lui et à 10h nous sommes dans la montée. Notre objectif est là haut : la Tête de Garnesier (2367m).


La première partie se déroule dans une superbe forêt de mélèzes.


Plus haut, ça devient plus rocailleux. Le temps est nuageux et peu lumineux, la différence est vraiment nette entre mes photos (Bridge Panasonic) et celles de Russel (Reflex Canon) !

Photo Olivier
Photo Russel

Quelques névés subsistent encore, plus pour très longtemps...


Rencontre avec quelques chamois sous le col de Plate Contier.












On part directement dans les pentes herbeuses à gauche, ce qui permet  d'éviter le grand pierrier sous la Tête des Ormans et de rejoindre la crête au dessus du Pas de l'Agneau (le col juste au-dessus de Russel).


On laisse donc sur notre droite le Col de Plate Contier par lequel nous redescendrons tout à l'heure.


Après une raide montée dré dans l'pentu, nous voilà en plein vent sur la crête.



 
C'est le point de départ de l'aller-retour au sommet.
En arrière plan, le Roc de Garnesier (2383m).
Dans le ciel, un aigle (à moins que ce soit un vautour ?) nous survole quelques instants .


On rejoint le sommet 1h50 après avoir quitté la voiture alors que les nuages commencent à se montrer menaçants.


On prend quand même le temps de faire quelques poses, bien contents d'être là malgré cette météo capricieuse.


Je descends faire un repérage sur le versant dominant le col de Corps (où j'étais en janvier) car je sais qu'un cheminement y est possible. La vire de dessous est enneigée, ce sera donc pour une prochaine fois !
 Il se met à pleuvoir et le vent est toujours bien présent, on prend donc rapidement le chemin de la descente.


Descente agrémentée de quelques pauses pour faire des photos d'autant que la pluie ne tombe que par intermittence.



On arrive au Pas de l'Agneau, un replat sur l'arête qui marque le début de la remontée vers notre deuxième sommet du jour : la Tête des Ormans (2140m).
 On y croise un chamois qui file dans les pentes versant Est.


Il se balade tranquillement dans des pierriers instables et vertigineux.

Remontée rapide à la Tête des Ormans alors que le temps se gâte à nouveau.


Aucun arrêt au sommet, dans le brouillard et la pluie battante : on file vers le bas rejoindre le col de Plate Contier où j'immortalise la scène. On est bien trempés et j'ai dû mal à ouvrir mon sac à dos pour y prendre l'appareil photo tellement mes mains sont engourdies !


On enchaîne par des glissades sur les névés sous le col de Plate Contier.



Et un retour bucolique à travers cette superbe forêt où il faudra revenir sous le soleil !


En rentrant, depuis le Trièves, on constate que la météo s'est bien dégradée sur le Dévoluy : on a bien fait de pas trop traîner...

Ah oui, j'oubliais de préciser : Russel est photographe professionnel : vous n'aurez pas eu de mal à distinguer ses photos des miennes !