samedi 31 janvier 2015

Les 6 compagnonnes

Dans la série des titres de jeunesse j'avais déjà utilisé le "Club des Cinq", rebelote aujourd'hui avec les "Six Compagnons" version féminine. Peut-être devrais-je dire "Six Compagnonnes" ? Les intéressées sont : Marie, Elise, Emma, Lise, Clara, Maïlys. Le cadre : les pistes de Gresse-en-Vercors où nous avons bien profité de cette après-midi entre soleil et flocons.




Les grandes ont skié ensemble, quant aux deux plus jeunes, elles s'en sont bien payé ! N'est-ce pas Emma ?

vendredi 30 janvier 2015

Tricotage à l'Arzelier

Résumé en chiffres de cette énorme session de ski de rando à l'Arzelier : 
  • 2250m de D+ en 4 montées (615 + 3x545)
  • 2250m de D- (en 4 descentes, forcément ...)
  • 25' du parking au refuge de la Soldanelle
  • 55' du parking au dernier pin sous les falaises
  • Moyenne d'ascension : 550m / heure
  • Moyenne de descente : 3200m / heure
  • Durée de la sortie : 5h28

Mais tous ces chiffres ne disent pas le plaisir de tracer dans la profonde en restant sur la croupe non exposée aux éventuelles coulées, le bonheur de godiller dans la grosse poudre dans des pentes vierges qui n'attendaient que moi (ou pas !), la joie de rencontrer Marc le pompier et Cécile la kiné avec lesquelles j'ai partagé la 3ème montée, la beauté du paysage tant dans les nuages du matin que sous les belles lumières de 13h, les beaux glaçons du refuge de la Soldanelle, la satisfaction de l'effort...

Peu de photos, je n'avais pas l'appareil et le téléphone s'est rapidement déchargé.

Piste vierge de toute trace
Je monterai jusqu'au dernier arbre tout là-haut


Les glaçons de la Soldanelle
Mes bâtons font 1m30...


jeudi 29 janvier 2015

Pale Rider

Aujourd'hui la météo est peu clémente,de grosses chutes de neige sont annoncées accompagnées d'un fort vent. Cocktail explosif pour une balade en montagne... Je choisis d'aller promener mes skis du côté de la Montagne de la Pale où je sais que je ne risquerai pas grand chose. Départ du Bouchet sous la neige et sans le célèbre chapeau de Clint Eastwood dans Pale Rider... Dommage car il m'aurait bien servi pour protéger mes lunettes des flocons ! 

 Il suffit d'abord de suivre la route jusqu'à la belle ferme de Montrond. La visibilité est bonne et l'ambiance très feutrée, l'immersion peut commencer.


Je trace dans les prés, sillonnant entre les sapins et les multiples traces d'animaux.  Je croise un  chevreuil dans la sapinière puis 2 autres en limite haute de forêt. J'adore.


Arrivé sous les pentes qui soutiennent le sommet, j'aperçois cinq chamois dans les rochers.


 Zoom sur eux avant qu'ils ne passent la crête.


Je suis surpris du fait qu'ils s'éloignent si vite alors que je suis si loin, ils paraissent inquiets. Je comprends pourquoi quelques minutes plus tard quand deux chiens de chasse prennent la même direction qu'eux... Quant à moi je rejoins le sommet dans la tourmente mais avec une visibilité correcte puisque je vois la cabane du Cléton en contrebas.


On est loin des conditions du 21 janvier 2010 lors de ma dernière visite dans le coin...


Je ne m'attarde pas au sommet et m'offre une première descente dans l'alpage versant N jusqu'à la limite de la forêt. C'est court mais la neige est bonne - quoiqu'un peu épaisse - et c'est bien bon !


Remontée physique car il faut tracer mais je sais que je ne le ferai pas pour rien car je vais m'offrir une seconde descente et la trace de remontée sera faite. Surprise arrivé à la crête, je recroise mes cinq chamois qui filent vers le Rocher du Bouchet.



Deuxième descente jusqu'en bas de l'alpage où je remets les peaux pour profiter de ma trace de remontée.


Retour au sommet de la Montagne de La Pale, toujours dans la tourmente. Les corniches sont en formation...


Descente finale sur le Bouchet avec les pentes du haut très bonnes à skier puis un peu de ski sanglier en forêt.


Voilà une matinée bien rentabilisée vu les conditions du jour ! (D+ 1100m)


dimanche 25 janvier 2015

Petit Arc

Aujourd'hui c'est mon pote Badot qui nous invite dans son jardin avec une promesse de départ : aller visiter quelques pentes restées poudreuses du côté du Petit Arc. Nous sommes surpris d'être les premiers randonneurs à décoller de Tioulévé, il est pourtant déjà 8h.


Badot fait la trace, suivi de son pote Olivier, de Patrick et de Christophe. On progresse dans un épais brouillard mais les deux locaux nous guident donc pas de soucis !


Après 1h30 de montée sans visibilité, on commence à avoir quelques doutes sur l'itinéraire... Voilà qu'on arrive devant une barre rocheuse et nos guides se posent la question de savoir où on est exactement. Malheureusement mon iphone refuse de s'allumer à cause du froid et je ne peux pas consulter notre position sur Iphigénie (l'appli GPS de l'IGN qui est vraiment bien pratique... quand elle fonctionne !). La décision est prise de descendre, ce qu'on fait sur environ 150m de dénivelé... et soudain le paysage s'ouvre. Le constat est sans appel : nous étions bien sur le bon itinéraire et nous venons de redescendre pour rien. On découvre aussi qu'un peloton impressionnant de randonneurs est sur nos traces, dont certains sont déjà au-dessus de nous du fait de notre redescente. On se remet donc vite dans le sens de la montée.


Un bon rythme nous permet de retrouver rapidement la tête du peloton, c'est impressionnant le monde qui s'est donné rendez-vous ici aujourd'hui (probablement pas loin de 100 personnes). Et le soleil semble enfin être de la partie même si la masse nuageuse est omniprésente.


Malheureusement l'éclaircie ne dure pas et c'est dans le brouillard et avec plusieurs vérifications GPS (mon téléphone ayant accepté de redémarrer) qu'on atteint le sommet du Petit Arc. 


Le temps que Christophe nous rejoigne (un petit quart d'heure) et le sommet se remplit de monde.


Initialement Badot voulait nous faire visiter le versant NO mais pas question d'y descendre vu les conditions (tant de visibilité que de neige, le vent ayant certainement plaqué ces pentes). On redescend donc par le versant de montée où on trouve encore d'excellentes zones poudreuses.


On s'offre une petite remontée (et même deux pour moi, j'ai du feu dans les jambes !) dans une combe cachée connue de Badot où la neige est restée froide.


Que du bonheur !


Les deux Olivier devant une partie du domaine qu'on a visité ce jour.


Dommage pour la météo (Météo France s'est bien plantée sur ce coup !) mais on se sera bien régalé malgré tout.


Avec 1600m de D+ à ajouter au compteur, la saison 2014/2015 a désormais vraiment commencé.


Piston

Il s'appelle Piston et Emma l'aurait bien ramené à la maison mais hors de question...


vendredi 23 janvier 2015

Un peu de sport

La sortie d'hier m'avait un peu (beaucoup) laissé sur ma faim... Retour donc à Gresse-en-Vercors ce matin pour une session "ski de rando sur les pistes" dans le but de "bouffer" du dénivelé et de tester un peu la machine. Le parcours est identique à hier : départ du chalet de l'ESF, arrivée au sommet du téléski des Alleyrons, soit 440m de D+. Première montée en 35'45'' soit 740m/h (à condition bien-sûr de tenir ce rythme sur une heure mais a priori ce serait sans problème) : correct mais ô combien minable par rapport aux compétiteurs ! Descente tip top avec une poudreuse cinq étoiles dans le champ du haut où le manque de sous-couche ne se fait pas sentir.


Deuxième montée en 35' soit 754m/h, à peine mieux que la première : j'ai la confirmation que 1) Je ne suis pas un diesel 2) Mon max actuel est autour de 750m/h. A titre de comparaison, les meilleurs compétiteurs actuels tournent à près de 1400m/h... Voilà la partie "sportive" de la journée  terminée, place maintenant à un rythme un peu plus tranquille. Je commence par tourner le dos au versant mécanisé et m'offre une descente côté Ouest où seules 2 traces m'ont précédé. Là aussi c'est excellent et pas une seule touchette. De retour au parking, je prends mon sandwich au chaud dans la salle hors sac rénovée où je consulte les webcams. Mer de nuages vers 2000m à Chamrousse... Je décide donc de tenter une visite au Pas de la Ville dans l'espoir de voir le soleil. Une heure plus tard, je suis sous le Pas de la Ville, dans un brouillard à couper au couteau.


Visibilité à 10m... Et trace à faire dans une neige en cours de compactage !


Même si je connais très bien le coin, je consulte plusieurs fois le GPS pour m'assurer d'être dans la bonne direction. Et je débouche au Pas de la Ville où la visibilité n'est guère meilleure, c'est raté pour le soleil !


Preuve du manque de neige, la petite croix est encore visible (c'est la 1ère fois que je la vois en hiver).


Selfie au Pas de la Ville.


Descente compliquée sur le haut par manque de visibilité puis bonne portion dans la partie plus pentue avant la forêt.

  
C'est tellement bon que je me laisse embarquer dans le lit du torrent, c'est parti pour du ski sanglier avant de rejoindre les pistes de fond. Quelques touchettes mais rien de grave pour les semelles, il faudra juste un peu de rebouchage.


Au total 1600m de D+ avec un peu de traçage, le test de la machine est validé !


jeudi 22 janvier 2015

Un plan tranquille

La sortie du jeudi au Rocher du Baconnet avec Marine et Sandrine, voilà le plan du jour. Un plan tranquille, rien ne peut nous arriver... sauf que la route est gelée et que l'Espace finit avec 2 roues dans le fossé (et en plus c'est moi qui conduisais...).


Après de vaines tentatives pour la sortir par nos propres moyens, puis avec l'aide du curé qui habite au virage de dessous, on se résout à appeler divers contacts (Sandrine est pisteur-secouriste à la station de Gresse toute proche et connaît du monde) mais personne ne peut venir avant le début d'après-midi. La randonnée semble bien compromise... et c'est alors que le miracle se produit : un groupe de randonneurs passe raquettes aux pieds et c'est grâce à douze bras de retraités que la voiture sort enfin du bas-côté. Ouf ! Et merci !


La suite sera plus sympathique avec un changement de destination et un départ de la station de Gresse en Vercors sous le soleil. Un départ tardif (12h30) car du coup on a pris le temps de manger à la voiture avant de chausser.


On s'offre une montée sur la piste des Alleyrons qui est encore fermée, seuls les pisteurs l'ont empruntée et les conditions y semblent plutôt bonnes.

.
Crête du Brisou, 1678m soit 435m de dénivelé depuis le parking : une rando bien courte mais Marine a des obligations horaires donc on s'arrête là. On a droit à une belle mer de nuages qui recouvre le Trièves jusqu'au Dévoluy en face.


Les filles se préparent à la descente alors que les nuages nous enveloppent.


Un passage cinq étoiles dans le champ du haut (pas de photo) et un retour par la piste non préparée, c'est bon de retrouver la poudreuse !


La prochaine fois on sera plus prudent sur la route...