dimanche 22 février 2015

Aubière

Une bien belle salle que cette halle d'athlétisme à Aubière (près de Clermont Ferrand) où viennent de se dérouler les Championnats de France 2015.



Les 6m18 n'ont pas été franchis - c’eût été un sacré exploit - mais j'ai quand même eu le privilège de voir le Roi de la perche franchir 6m01. Je vous assure que c'est impressionnant vu de près !

lundi 16 février 2015

Autour du Pas de la Ville

Départ 7h20 du parking des pistes de Gresse en Vercors, devant moi le Pas de la Ville encadré par les deux sommets que je vais fouler aujourd'hui. Mais ça je ne le sais pas encore... La sortie va être longue comme ce compte-rendu !


Je découvre une épaisse couche de neige fraîche (30-40 cm), ce qui ne m'étonne qu'à moitié vu la pluie qui est tombée sans discontinuer hier à Vif. C'est d'ailleurs un peu pour ça que je suis là ce matin...
Le soleil illumine les sommets un peu avant 8h alors que je sors de la forêt vers 1600m.


Une belle trace à faire dans cette neige vierge, et ce sera comme ça toute la journée. Dommage pour les lève-tard, la mer de nuages est déjà en train de se former.


Arrivé sous le Pas de la Ville (1700m), seul le haut du panneau apparaît encore, preuve de l'épaisseur du manteau neigeux. Dans l'axe, le col qui s'atteint par des pentes un peu plus soutenues.


Je monte un peu jusqu'à ce que la pente se redresse et "m'amuse" à faire un test de stabilité pour voir l'état du manteau. Même si ça me paraît plutôt sain, la saison très accidentogène en cours m'incite à mettre en pratique ce test que je ne connais que par la théorie et qui peut être riche en enseignements. Premier constat : la couche est homogène et épaisse d'environ 1m20, elle repose sur un fond glacé.


Après 40mn d'efforts, j'ai dégagé un bloc de plus d'un m2 que j'essaye de faire glisser - ou au moins s'effondrer sur lui-même - en sautant dessus skis aux pieds. Je n'y parviendrai pas malgré des efforts redoublés. Mes premières impressions sont confirmées, le manteau est a priori plutôt stable.
(Attention cela ne signifie en aucun cas que le risque est nul...)


Je repars donc vers le haut, surpris d'être toujours seul dans ce cadre somptueux alors qu'il est déjà plus de 9h30.


Arrivé au Pas de la Ville, je choisis de monter à droite en direction de Pierre Blanche : d'abord  pour trouver le soleil, ensuite parce que ces belles pentes m'attirent comme une fleur le ferait d'un papillon !


Je suis les traces d'un bouquetin qui a fait le chemin inverse au mien : il est en train de remonter l'austère versant Nord qui domine le Pas de la Ville.


Pour ma part, je poursuis dans la direction opposée, laissant dans mon dos le massif du Grand Veymont que j'irai visiter tout à l'heure.


Sommet de Pierre Blanche (pointe centrale 2100m) : et si je  descendais par là ? C'est bien tentant, c'est une face que je vise depuis un moment et les conditions semblent excellentes...


Mais seul et "à vue" (c'est-à-dire sans être monté par là) je préfère rester sage et profiter des belles pentes vierges qui n'attendent que moi sur le versant SO. D'autant que le coup d’œil vers le Grand Veymont m'incite à aller traîner mes skis par là-bas !


Une descente courte mais dans une neige de rêve m'amène sur les Hauts-Plateaux.


No comment !


Recollage des peaux et en route pour la suite du programme, lequel n'étant pas fixé au départ (je fais en fonction des conditions - météo, neige, physique... - et de mes envies). Je n'ai jamais remonté la fameuse "Raie des fesses", c'est le moment de remédier à ça. Et oui, les versants raides et froids m'attirent autant que les pentes ensoleillées !


En quelques minutes je suis au pied du couloir : c'est par là !


De la base du couloir, regard en arrière sur le versant ensoleillé d'où je viens : je suis arrivé de la crête à droite et suis redescendu dans les pentes à gauche.


45mn et une débauche d'efforts plus tard (ça brasse !), je suis en haut et peux regarder le chemin parcouru : d'abord la descente au soleil en face puis la montée dans l'ombre du couloir.


Malgré la fatigue qui commence à se faire sentir, je décide de poursuivre vers le sommet du Grand Veymont que je n'ai pas foulé depuis au-moins... 2 ans ! Je ne le regretterai pas, ne serait-ce que parce que je croise ces traces...


Rencontre avec trois lagopèdes que je peux approcher sans les faire s'envoler, preuve s'il en est de leur confiance dans leur panoplie de camouflage !




Le Grand Veymont, comme son nom l'indique, est une grande montagne et atteindre son sommet est toujours long, je m'en rends encore compte aujourd'hui ! Il est bientôt 13h mais le sommet est enfin là, à portée de skis. Comme toujours sur ces crêtes ouvertes à tous les vents, la neige est soufflée et les rochers apparents.


Sommet du Grand Veymont (2341m), regard vers le Nord.


Et regard vers le Sud avec l'incontournable Mont-Aiguille au 1er rang.


Soleil et pas un brin de vent au sommet, je m'accorde une bonne pause de 30mn pour récupérer de mes efforts avant d'entamer la descente. Il est déjà 13h40 quand je reviens en haut du couloir de descente.


Autoportrait après les vingt premiers virages de la partie haute du couloir.


Arrivé à la base, la vue s'élargit sur le Pas de la Ville qui voit enfin le soleil et où je vais devoir remonter. En face, une deuxième trace est venu compléter la mienne sur le flanc Sud Ouest de Pierre Blanche.


Dans le cône la neige est très légèrement croûtée en surface mais pas de quoi gêner un skieur de ma trempe :-)))


Courte remontée au Pas de la Ville, finalement j'aurai eu le plaisir de faire la trace toute la journée (1500m de D+ quand même).


Alors que je m'apprête à descendre, un couple de randonneurs arrive. Ce sont les premières personnes que je croise depuis ce matin, les cinq autres n'ayant été vues que de loin.


Ils sont étonnés comme moi de voir si peu de monde ici par une telle journée et en période de vacances. Du coup je patiente un peu histoire de partager avec eux les joies de la descente. Et quelle descente !






15h15, retour au parking, un peu moins tranquille que ce matin...


jeudi 12 février 2015

Etoiles

Un peu avant 9h Emma et Ulysse rejoignent leur groupe de 2ème étoile, c'est parti pour 2h de ski avec l'ESF. Ils sont parmi les meilleurs de leur groupe, la médaille sera bientôt épinglée à l'anorak...


L'avantage c'est qu'on peut maintenant se faire plaisir tous ensemble l'après-midi et aller visiter quelques pentes hors pistes où les deux plus jeunes suivent sans problème.


Et ce n'est pas un mur raide et bosselé qui va les arrêter !


Ski en famille face au Mont-Blanc sous une tempête de ciel bleu. Il y a pire, non ?


Un grand grand merci aux grands-parents pour cette invitation. On vous laisse Emma pour la dernière journée avec des étoiles dans les yeux...

mercredi 11 février 2015

3170m

Pour une fois ce n'est pas à la force des mollets que je suis monté si haut, d'ailleurs Marie et Elise m'ont accompagné : nous sommes au glacier de Bellecôte, au point culminant des pistes de La Plagne.


Une belle et longue descente avec mes deux filles aînées ainsi que Killian et Christophe. Les jeunes avoueront un peu de stress en haut de ce grand mur mais la descente se passera sans problème, leur niveau technique est un gage de sécurité et ils skient très sereinement.  Les frangins et moi étions bien plus "à l'attaque" au même âge...


Une descente qui enchaîne deux pistes noires et où des pauses régulières sont nécessaires.


Deux télésièges nous ramènent au Dos Rond, le point culminant de la station de Montchavin. Derrière les jeunes, le Mont Pourri me fait de l’œil, souvenir du 3 mai 2009 où je chaussais les skis au sommet avec Patrick.


Un forfait 4h qui nous a largement suffit. Il n'y a pas à dire, la station ça a aussi du bon !

samedi 7 février 2015

C'est reparti

C'est la reprise : 1ère épreuve de la saison avec le Meeting de Mondeville à côté de Caen. Vous noterez qu'on a réussi le vendredi à faire les 800km en conservant la petite couche de neige gelée sur le toit du fourgon.


Le bâtiment est une ancienne halle de stockage d'engrais reconvertie en salle d'athlétisme. C'est original, ça change des salles modernes.


C'est une construction de type Eiffel et ça se voit !


1er départ d'une longue série pour cette saison 2015 qui débute.