mercredi 30 septembre 2015

Crête des Rochers de la Balme

La balade de samedi entre Rocher de l'Ours et Cornafion m'a fait prendre conscience que j'ai bientôt parcouru la totalité de la crête orientale du Vercors, entre le Moucherotte (au Nord) et le Pas de l'Aiguille (au Sud du Mont-Aiguille). Il me reste encore deux portions où je n'ai pas mis les pieds, je pars donc sur l'une d'entre-elles ce matin.

Voilà en image la zone que je vais visiter aujourd'hui : montée par le Pas Ernadant, aller-retour à la 1ère Tour des Rochers du Playnet (j'ai déjà grimpé sur la 2ème tour avec retour par le Pas Morta) puis enchaînement de la crête des Rochers de la Balme jusqu'au Pas du même nom.


Le tour démarre au hameau de la Chenevarie, j'arrive rapidement dans une belle forêt où j'aurais aimé croiser un cerf en cette période de brame... mais je ne verrai qu'un chevreuil qui fuira en aboyant.


Plus haut, je rejoins le sentier du balcon Est que je vais suivre en direction de l'imposante 1ère tour du Playnet jusqu'au pied du Pas Ernadant.


45 minutes plus tard, à la base du Pas Ernadant qui n'a pas l'air commode vu d'ici.


En fait ça passe bien, il suffit de mettre un peu les mains et de suivre les flèches bleues.



Je suis en haut en une petite 1/2 heure, un "Pas" de plus de la barrière Est dans mon escarcelle !


Encore 1/4 d'heure et je peux contempler le panorama depuis le sommet du Rocher du Playnet (1994m).

Vers le Nord
Vers le Sud
Retour au Pas Ernadant où je discute quelques minutes avec un randonneur venu de Corrençon, puis j'attaque la remontée sur les Rochers de la Balme. Nouvelle rencontre, avec la faune locale cette fois.



La Nature me fait encore un très beau cadeau quelques minutes plus tard : une véritable escadrille de vautours fauves me survole toutes voiles dehors. Ils arrivent du Sud et longent les falaises sans donner un seul coup d'aile, profitant des thermiques de la mi-journée (il est 13h). Pas le temps de sortir l'appareil photo mais j'ai décidément de la chance : les voilà qui reviennent, cette fois en direction du Sud. Il y en a 6 sur la photo ci-dessous, j'en compterai 15 au total !


En voilà un vu du dessus, impressionnante voilure !


Ou encore celui-là qui passe à ma hauteur et semble me regarder du coin de l’œil.


Après ce grand moment et une pause pique-nique, je reprends ma route vers le Nord. C'est qu'il reste du chemin à faire !


Un retardataire me passe juste au-dessus de la tête.


Sur la crête des Rochers de la Balme, regard en arrière sur une partie du chemin parcouru.


14h30, panorama depuis le sommet de la Tête des Chaudières avant d'attaquer la descente. La Grande Moucherolle et Sœur Agathe ont chacune leur petit nuage pour leur faire de l'ombre.


Faisant la descente en courant, le Pas de la Balme est atteint en à peine 10 minutes. C'est ici que je bascule à nouveau côté Est.


Avant de descendre, il faut effectuer une traversée le long de la falaise pour rejoindre le "Mur des Sarrazins", couloir qui se faufile entre les barres rocheuses et donne accès aux pentes inférieures.


Le Pas de la Balme et le "Mur des Sarrazins" vus depuis la limite de la forêt.


De retour à la voiture à 15h25, la balade m'aura pris 5h45 pour 1400m de D+ et pas mal de distance. Il me reste désormais à faire la dernière portion manquante de cette barrière Est du Vercors, peut-être dans les semaines à venir ?


mardi 29 septembre 2015

Tester la machine

Une sortie entre midi et deux pour voir comment réagit la machine en mode un peu plus rapide que d'habitude... L'objectif est simple : partir de la Fontaine Bonnet (sur la route de St-Hilaire) et courir (plutôt que marcher) pour rejoindre le col de Baure via la baraque forestière du Manival, soit environ 5 kilomètres et 700 mètres de dénivelé.


20 minutes pour être devant la baraque forestière.


24 minutes supplémentaires pour arriver au col.


Ce qui donne 44 minutes de montée, je suis plutôt satisfait du test. Evidemment il y a moyen de faire beaucoup mieux en s'entraînant un peu mais je ne suis pas un adepte de l'entraînement...


dimanche 27 septembre 2015

Château Vieux

Promenade dominicale en famille avec un départ tranquille à 15h...


Quelques minutes de marche à plat (ou quasiment) et on arrive sur ce superbe belvédère. Notre petite ville de Vif est là-bas au fond.


Le jeu consiste à trouver la maison... Pas si facile que ça !


Puis ça monte un peu (mais pas bien longtemps) pour rejoindre le point culminant de la crête de Château Vieux où trône une grande croix.


Quelques explications sont inscrites sur une plaque au pied de la croix. La promenade est toujours aussi agréable près de 80 ans plus tard !


On redescend à travers bois pour faire la pause goûter au soleil dans les prés face à Prélenfrey et aux arêtes du Gerbier. Moment de plénitude et en plus on a la chance de voir un renard dans le bois juste au-dessus de nous !


Juste ce qu'il fallait pour terminer le week-end et bien commencer la semaine...

samedi 26 septembre 2015

Ours Cornafion

Il est 8 heures, avec Patrick nous sommes sur le chemin forestier du Pré du Four, en route pour les arêtes tout là-haut.


35 minutes plus tard, nous sommes presque arrivés au col de l'Arc, sous l’œil du Pic St-Michel et loin au-dessus de la vallée encore embrumée.


Nous sommes un peu en avance au rendez-vous fixé avec Romain qui est pourtant déjà là depuis quelques minutes. Il est monté côté Ouest par les Allières (Lans en Vercors), le trajet routier étant plus court depuis Veurey.


Un lieu bien sympa et une belle ambiance pour prendre un petit café (doudoune sur le dos car un vent frais rafraîchit l'atmosphère).



On emprunte ensuite le sentier des deux cols en direction du Sud.



Les chamois sont fidèles au rendez-vous, de même que les mouflons. Dommage qu'un coup de feu vienne déranger cet équilibre... On entendra d'ailleurs plusieurs détonations au cours de la matinée, la chasse est ouverte, aucun doute là-dessus !


A 9h30 nous sommes au pied de la voie qui nous intéresse, les gradins de l'Est, qui va nous mener au sommet des Rochers de l'Ours. Une voie TA (terrain d'aventure), ce qui signifie qu'il n'y a aucun équipement en place : on s'assure en posant des sangles dans des lunules ou autour de becquets rocheux, ou encore en utilisant des coinceurs mécaniques au fur et à mesure de la progression.


9h45, prêts au départ.


Première longueur sur un pilier demandant un peu d'attention, il y a pas mal de blocs instables.


Puis ça monte facilement dans des gradins herbeux en direction d'un second ressaut qui va nous offrir de beaux passages d'escalade sur un superbe rocher.


Patrick au départ de cette jolie longueur.


Puis à la sortie un peu plus haut.


 Nouvelle zone herbeuse pour arriver au pied du ressaut sommital qui promet une belle envolée sur un calcaire de toute beauté.


En trois mouvements, Romain est en haut de cette grande longueur de presque 50 mètres.




Patrick dans la longueur.


Voilà un relais 5 étoiles, difficile de faire plus confortable et plus panoramique !


On termine sans la corde et baskets aux pieds pour rejoindre le sommet des Rochers de l'Ours. Il est 11h45, on aura donc mis exactement 2 heures pour faire la voie. Au sommet c'est tranquillité assurée. C'est toujours surprenant de constater comment tout le monde se concentre sur les mêmes balades (Pic St Michel et Moucherotte par exemple sur cette zone ) alors que d'autres sont ignorées...  


Après la pause syndicale d'un quart d'heure pour profiter du sommet et grignoter une barre, nous voilà repartis en direction du Roc Cornafion que nous avons prévu de rejoindre par les arêtes. Je suis content, c'est une des quelques portions que je n'ai pas encore parcourue sur toute la barrière orientale du Vercors !


Une courte partie descendante nous amène au pied d'un raide ressaut qui se passe tout droit moyennant un court pas d'escalade (on se réencorde d'ailleurs pour plus de sûreté).


Puis ça enchaîne facilement, il faut juste rester vigilant. ça ressemble un peu à la traversée des arêtes du Gerbier mais en moins long et moins aérien.




Nous voilà déjà dans la dernière partie donnant accès au Roc Cornafion, le terme de notre traversée.



On y rejoint deux personnes avec qui nous partageons le sommet... et le pique-nique.


Je repère un aigle royal, a priori un immature (moins de 4/5 ans) vu le plumage. Il tourne au-dessus du plateau Cornafion, probablement à la recherche de quelque nourriture.


Puis c'est le temps de la descente face à la plaine située 1600m plus bas...


... et du retour par le sentier des deux cols, face à Grenoble et au pilier Est des Rochers de l'Ours que nous avons remonté ce matin.


Bilan : une balade de 7h30 pour une petite escalade fort sympathique (bien que peu continue), une jolie traversée d'arêtes et deux sommets.