lundi 28 décembre 2015

Cousin(e)s, cop(a)in(e)s

Les vacances de Noël riment avec rassemblement familial.
Les filles sont toutes heureuses de retrouver leurs cousins et cousines réunis chez les grands-parents à Pontcharra.


Julie ayant manqué la photo de groupe, Elise vous la présente en "guest star" !


Du côté de Sonia, même s'ils se voient beaucoup plus souvent, ils sont toujours aussi contents de se voir.


Les fêtes de fin d'année sont aussi l'occasion de rassemblements avec les "vieux" potes, ceux qu'on considère un peu comme la famille... Comme chaque année ou presque, on se retrouve chez Patrick et Nathalie.


Habituellement on en profite pour faire de la luge avec les enfants... mais cette fois c'est un peu différent. En cette fin d'année à la météo particulièrement clémente, on s'est payé le culot de faire un "barbecue d'hiver" à 1000m d'altitude un 28 décembre ! Décidément rien n'est plus comme avant...


Un cadre enchanteur pour bien finir cette année 2015.


mardi 22 décembre 2015

Les palais de la ville rouge

Troisième et dernier jour de notre (trop) court séjour, nous avons encore beaucoup de choses à voir dans la ville rouge ! Nous commençons par un grand classique : la balade en calèche. Nous longeons les célèbres remparts de pisé et passons devant la Bab Agnaou, une porte bâtie au XIIe siècle qui donne accès au quartier que nous allons sillonner ce matin : la Kasbah.  Nous voyons nos premières cigognes.


Notre cocher nous fait passer entre le palais royal et les jardins de l'Agdal (jardins royaux), une zone de la ville qui est particulièrement nickel, on se demande bien pourquoi !


Puis nous entrons dans la Kasbah par une petite porte.



Il nous dépose au cœur de la Médina, devant le Palais de la Bahia que nous allons visiter.


Ce fastueux palais a été construit au XIXe siècle par un grand vizir pour ses quatre épouses et vingt-quatre concubines (et je ne vous parle pas du nombre d'enfants...). Il compte 166 salles mais heureusement seule une partie se visite...





Nous enchaînons par un autre palais, plus ancien (XVIe siècle), le Palais El-Badi. Démantelé un siècle après sa construction par un souverain qui préférait ses palais de Meknès, il ne reste aujourd'hui qu'une grande cour intérieure entourée de hauts remparts où nichent de nombreuses cigognes. Nous avons été fortement séduits par ces lieux où se déroule chaque année le festival du rire créé par Djamel Debbouze.






Une des curiosités de Marrakech : les cigognes.





































 Nous finissons cette matinée  culturelle avec la visite des Tombeaux Saadiens : joli jardin entouré des mausolées des souverains du XVIe siècle.


Repas au Nid'Cigogne, cadre sympa mais où l'on ne voit plus qu'un vieux nid déserté par le bel oiseau blanc. L'établissement devrait changer de nom...


De notre terrasse restaurant, la vue est imprenable sur la mosquée de la Kasbah qui date du XIIe siècle.


Gros plan sur les marchands de bibelots, ici c'est plus calme que dans les souks !



Puis nous retournons vers la place Jeema-El-Fna , il nous reste en effet à aller voir de plus près la faune endémique de cette place...




Thé à la menthe en terrasse sur les toits pour profiter au maximum de la vue et de l'ambiance, l'occasion de faire quelques photos au zoom.





Puis un dernier tour dans les souks pour aller voir les teinturiers.



Nous ne pouvions finir notre séjour sans aller manger dans une des gargotes de la place Jeema-El-Fna : nous choisissons celle d'Aïcha, la N°1, où nous mangeons à 5 pour seulement 150 Dirhams (15 €) !



Ainsi se termine notre escapade marocaine, nous reprenons l'avion demain matin. Séjour trop court mais très enrichissant pour les filles, des moments en famille qui resteront gravés dans les têtes...

lundi 21 décembre 2015

Oukaïmeden

Après les cascades de Setti-Fatma, nous redescendons la vallée où nous pouvons apercevoir les femmes lavant le linge au torrent. Ici le mode de vie ressemble à celui des campagnes françaises dans les années 50.


Puis nous prenons à nouveau le chemin des hauteurs : direction Oukaïmeden, la station de ski la plus haute du Maroc (et même d'Afrique selon Wikipedia). Nous suivons une petite route de montagne où, au fil des kilomètres, s'égrènent sous nos yeux des scènes de la vie locale.





Les paysages sont superbes et nous multiplions les pauses photographiques, au risque de "saouler" les filles qui trouvent que la route est déjà bien longue et qui angoissent de nous voir monter toujours plus loin dans la montagne.






 Nous arrivons enfin sur le plateau d'altitude où a été construite la station de Courchevel d'Oukaïmeden. Nous sommes à 2600m mais il n'y a pas un brin de neige, ici comme chez nous ce début d'hiver est bien sec...





 Les pistes sont principalement sur ce versant (on aperçoit les remontées sur la photo et même les pylônes de l'unique télésiège en haut à droite). Au premier plan, les bergeries traditionnelles ou "azibs" construites avec les matériaux du coin : pierre et genévrier.

 


Avec un peu plus de chance, à cette saison on aurait pu voir ça !
(photo "piquée" sur Internet)


On monte un peu plus haut (toujours en voiture) jusqu'à un col où est installée une table panoramique. On y fait la photo de famille avec le Djebel Toubkal en arrière-plan. Avec ses 4167m, c'est le point culminant du Haut Atlas et de toute l'Afrique du Nord. Un bel objectif pour randonneur, que ce soit à pied ou à ski, mais que je ne réaliserai pas aujourd'hui !


Il s'agit maintenant de redescendre vers Marrakech, ce qu'on fait dans une très belle lumière de fin d'après-midi.


Mais avant de retourner vers la ville rouge, chose promise chose due, nous nous offrons une petite virée à dos de dromadaire dans la vallée de l'Ourika !