mardi 6 décembre 2016

Jocou

Celui-là ça faisait un bail que je voulais y aller ! La neige n'étant pas retombée et la montagne étant sèche jusqu'aux environs de 2000m, c'était l'occasion toute trouvée, le sommet du Jocou culminant à 2051m. C'est donc en mode trail que je pars de la bergerie de Lalley-le Jocou (1364m), à proximité du col de Lus-la-Croix-Haute.


Premier col à franchir, le col du Salut (1637m), que je rejoins en mode course en un quart d'heure. Il fait frais (4°C à la voiture), la montagne est belle, je suis seul au monde... Des conditions que j'adore ! Derrière moi se découpe sur le ciel la crête par laquelle je redescendrai tout à l'heure.


Je pourrais monter directement vers le sommet du Jocou en suivant la crête qui part du col, mais la balade serait un peu courte et je préfère rallonger la boucle : prochain objectif, le replat au soleil bien visible sur la gauche de la photo. Je suivrai ensuite la crête vers la droite pour atteindre le col Vente-Cul (au centre de la photo) puis le col du Pigeon (en haut).


Dans la descente dans le vallon des Infournas, je repère des chamois dans les pentes à gauche. Ils m'ont également repéré mais ne semblent pas trop inquiets de ma présence.


Arrivé au plateau, je serais presque tenté de poursuivre plus loin vers le Sud mais un point carte me ramène à la raison, il est plus logique de bifurquer ici vers le col de Vente-Cul. Un regard en arrière me fait découvrir le col du Salut (où j'étais vingt minutes plus tôt).


D'ici, la vue est sympa sur le Sud du Dévoluy : plateau de Bure, Tête des Vachères, Roc et Tête de Garnesier qui sont plus hauts qu'ici et donc tout blancs !


Quelques minutes plus tard, sur la bosse 1677m avant le col de Vente-Cul, le panorama est encore plus saisissant : Jocou et col du Salut au premier plan et tout le Dévoluy en arrière-plan.


Confirmation avec ce panneau  je suis sur le bon chemin !


Voilà le col du Pigeon, je suis désormais tout proche du sommet du Jocou.


Le vent du Nord est assez violent sur la crête sommitale, la température chute d'un coup et m'oblige à sortir la doudoune. Du coup je m'arrête pour la pause pique-nique à l'abri sur les escaliers de la bergerie idéalement orientés au Sud.



Après la pause, le sommet est rapidement atteint, dans un froid glacial. Chaque pause photo me gèle littéralement les doigts, ce qui ne m'empêche pas de sortir quand même l'appareil. Il faut dire que ce sommet offre un 360° pour le moins sympathique.



Vers le Sud, Tout au fond, le Mont Ventoux est bien visible. Vu le vent qui souffle déjà fort ici, là-bas ce doit être sacrément violent !


Il fait bien froid et je continue vers le Nord pour rejoindre le col de l'Archat où je vire à droite pour franchir la jolie petite pointe qui marque le début de la descente. Il reste un peu de neige ici, l'orientation au nord y est sûrement pour quelque chose !



La crête de l'Archat domine toute la plaine du Trièves, la photo panoramique est obligatoire. D'ici je peux même voir la voiture (en bas à droite), l'itinéraire est on ne peut plus logique : il suffit de suivre le fil entre versant Nord et Sud.


Le bas de l'arête est un peu plus technique mais rien de bien méchant, il faut se faufiler au milieu de petites barres dans des pentes un peu raides.


Au lieu de rentrer par le sentier classique, je choisis de continuer en mode aventure vers la Plainie, histoire de rallonger un peu la promenade et de découvrir encore un peu plus les lieux. Je trouve un passage pour franchir les barres rocheuses (suivant de probables sentes de chasseurs) et descends les grandes pelouses alpines pour remonter à la pointe 1576m.


Ici le décor change, l'itinéraire devient forestier avec notamment beaucoup de buis.


Une fois rejoint le grand pré que j'avais repéré d'en haut, je retrouve un itinéraire balisé et n'ai plus qu'à remonter vers la voiture qui est garée à la bergerie du Jocou.


Sur ce panoramique, on voit l'ensemble de ma descente : le sommet du Jocou (à gauche), la crête de l'Archat et le pré tout en bas à droite.


Vraiment une belle balade...