dimanche 29 janvier 2017

Pic de la Pierre

La qualité du manteau neigeux se dégrade avec le redoux depuis quelques jours. Pourtant, avec Romain, nous avons réussi à trouver des conditions plus que correctes ce dimanche matin du côté du Rivier d'Allemont. Nous pensions surtout à prendre l'air et cocher au passage un sommet de Belledonne que ni l'un ni l'autre n'avait encore foulé (et oui, il en reste !), nous avons eu en prime une jolie descente avec un peu tous les types de neige : du carton, du dur, de la transfo et même de la poudre froide et légère !

Départ à pied du Rivier d'Allemont... mais on chaussera très vite (dès la sortie du village)
Nous monterons par la combe de gauche (vallon de Roche Noire) pour profiter de la trace et redescendrons par celle de droite (vallon de Beauregard, plus raide et plus étroite)
Vers 2300m, nous quittons l'autoroute de Roche Noire pour monter vers la pointe des Trois Officiers
Romain trace devant mais prend quand même le temps de faire des photos
La pente se redresse sur le haut...
Puis se calme à l'approche du sommet
Nous laissons les skis et finissons les derniers mètres à pied
Un sommet panoramique s'il en est !
Sous nos pieds côté Ouest, le col de la Mine de Fer (au soleil) et le lac de Crop (encore dans l'ombre) situé 750 mètres plus bas que nous
Début de descente à 11h20 après avoir grignoté un morceau
La partie haute ne sera pas la meilleure mais est déjà correcte
Un vallon vierge rien que pour nous
Là ça devient franchement bon !
Je crois que ça se passe de commentaires...
Bientôt à la jonction avec l'itinéraire de montée
Plus bas nous croisons un groupe en train de monter et leur souhaitons bon courage !
Midi pile, fin des hostilités
Et voilà le travail !
(D+ 1450m)

samedi 21 janvier 2017

Légette du Mirantin

Un peu d'étymologie pour commencer : légette vient de l´ancien français laigete qui signifie petit terrain boisé, petite forêt.  Mirantin vient du bas latin mirari (admirer) et miratorium (miroir) et traduit probablement le beau point de vue depuis son sommet. Nous sommes donc en Beaufortain avec Patrick et Christophe et voilà bien longtemps que nous n'avions pas mis les pieds dans le cœur de ce beau massif savoyard. Finalement ça n'est pas si loin que ça !

La journée commence mal : Patrick casse l'ergot de sa fixation avant lors du chaussage et nous sommes contraints de remonter en voiture pour aller louer une paire de ski à la station d'Arêches. Heureusement que nous n'étions pas au fin fond d'un vallon isolé... Nous partons finalement à 10h du hameau des Carroz-dessus avec l'avantage d'être déjà au soleil.


Nous voilà au coeur de jolis terrains boisés agrémentés de vieux chalets typiques du massif. Avec le Mont-Blanc en toile de fond, il faut bien avouer que le cadre est plutôt pas mal.


Cette course étant une grande classique, et le secteur étant un des mieux enneigés actuellement (c'est d'ailleurs pour ça que nous sommes là), il y a beaucoup, beaucoup de monde. Nous voici sur la croupe qui donne accès à la superbe pente terminale sous le sommet.


Christophe nous rejoint, au milieu de la "foule". Il n'y a pas de doute, le Beaufortain est bien le temple de la randonnée ! Remarquez la belle dent à droite dans son dos, c'est la célèbre Pierra Menta que nous avions côtoyée de près lors de cette belle journée du 9 mars 2013.


Voilà la pente terminale : une belle face de 300 mètres qui nous mènera au sommet de la Légette du Mirantin (2353m). On a du monde devant nous...


Une jolie traversée à l'ombre sur une trace digne d'une autoroute nous amène au pied de la face. Dans notre dos, le Mont-Blanc trône dans toute sa splendeur.


Christophe commence à peiner un peu, il a un coup de fringale (et oui, nous sommes partis tard et il est déjà 12h15...) et s'arrêtera même un peu plus haut pour manger un bout et repartir en meilleure forme.


A 12h45, nous sommes au sommet avec Patrick et au-moins une vingtaine de personnes. Il ne fait vraiment pas froid (même si on supporte la doudoune) alors qu'il faisait -7°C à la maison ce matin et même jusqu'à -11°C au plus froid dans la vallée de La Rochette !


Juste en face,  le Mont Mirantin (2460m) dont aucun d'entre-nous n'a encore foulé le sommet. Nous aurions peut-être dû y aller aujourd'hui, il y a beaucoup moins de monde qu'ici et beaucoup plus de zones vierges dont nous aurions pu profiter à la descente !


Du monde ? Vraiment ? Et il en arrive encore !


Christophe nous rejoint 1/4 d'heure plus tard et nous profitons du panorama grandiose s'il en est.



Puis c'est l'heure de la descente, le haut est plutôt pas mal même si c'est déjà bien tracé et que quelques requins rôdent (preuve que l'épaisseur de neige n'est pas au niveau qu'elle devrait).


Christophe en action.


Suivi de près par Patrick.


Après la face sommitale, on quitte l'itinéraire de montée pour filer vers des zones moins tracées où il y a de quoi se faire plaisir. La neige est excellente, froide et légère. Du bonheur.






Et nous voilà déjà revenus dans les prés du bas où la neige est encore plus que correcte.



La saison est enfin lancée !
D+ 1250m

mercredi 18 janvier 2017

En baskets sur les Champs

Après une longue journée de formation, rien de mieux qu'une petite virée baskets aux pieds pour un petit plaisir personnel : descendre les Champs-Elysées en courant. Et les remonter bien-sûr...


Un parcours d'un peu plus de 8km fait dans un froid polaire qui m'a procuré beaucoup de plaisir !


Ravitaillement N°1 (je ne me suis pas arrêté, 8€ le café...)
Place de la Concorde, c'est ici que je fais 1/2 tour
Ravitaillement N°2 (pas arrêté non plus...)
Deux emblèmes de la capitale !

Pour rappel

L’article R. 3 12-19 I. du code de la route dispose que toutes précautions utiles doivent être prises pour que le chargement d’un véhicule ne puisse être une cause de dommage ou de danger. La jurisprudence a précisé qu’une couche épaisse de neige ou de verglas sur le toit d’un véhicule constitue juridiquement un chargement de véhicule dont le conducteur a la responsabilité aux termes de l’article R. 312-19 du code de la route. Il revient donc au conducteur de prendre toutes les précautions nécessaires pour se conformer à ces dispositions afin de circuler dans des conditions de sécurité optimales. Le fait de contrevenir à ces dispositions est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la troisième classe. De plus, dans l’hypothèse où une telle situation créerait un danger important pour les autres usagers, l’immobilisation du véhicule peut être prescrite. L’existence de ces sanctions vise à inciter les conducteurs à porter une attention particulière à ces aspects et à mettre en oeuvre les solutions les plus adaptées pour que la circulation de leur véhicule se fasse dans le respect absolu des règles de sécurité routière.

Hum hum...

dimanche 15 janvier 2017

Enfin la neige

Elle était attendue et est enfin tombée, il n'était pas possible de ne pas monter la goûter.
J'avoue que je ne m'attendais pas à une telle quantité : au-moins 40cm au col de l'Arzelier, 50 à 60 voire plus à 1700m sous les falaises de Soeur Agathe où je suis monté hier après-midi avec Didier, un vifois rencontré là-haut qui a profité de ma trace jusqu'à la Soldanelle et avec qui nous nous sommes relayés pour tracer jusqu'en haut.
Que du bonheur !

Il faut faire la trace...

Une belle petite tranchée qui fait les cuisses !
Didier profite de ma trace, me rattrape et me relaye. On fait connaissance en montant.
Altitude 1700m environ, il n'y a plus qu'à descendre
Rebelote cet après-midi, quand on aime on ne compte pas. Je ferai la balade seul cette fois, mon SMS d'invitation à Romain n'ayant pas eu de réponse favorable (monsieur décolle pour la Chine dans la journée) et celui pour Didier étant arrivé un peu trop tard, dommage ! Je pars de Mauret et fais deux montées et deux descentes histoire d'en profiter un maximum, les conditions sont vraiment bonnes même si le haut commence à cartonner un peu, le fort vent faisant son œuvre de destruction. Sur le bas et en forêt, c'est juste excellent...

Objectif tout là-haut, aux derniers pins sous la falaise
Un peu de ciel bleu mais ça ne va malheureusement pas durer
A Pré Achard il commence à neigeoter alors que c'est grand bleu sur les Ecrins
Grosse ambiance en haut avec de fortes bourrasques qui ne semblent pas déranger ce bouquetin
Retour au point de départ et début d'une nouvelle montée, il n'y a pas foule et c'est tant mieux !
Nouveau passage à proximité de l'Auberge de la Soldanelle mais il n'y a plus de skieurs (il est 16h30)
Ma trace est déjà en partie recouverte par le vent qui chasse la neige
C'est ici que je chausse pour la deuxième descente, je pense qu'avec le vent il fait un bon -15°C...
Plan de situation : un bon spot quand le téléski de Mauret est fermé !