samedi 21 janvier 2017

Légette du Mirantin

Un peu d'étymologie pour commencer : légette vient de l´ancien français laigete qui signifie petit terrain boisé, petite forêt.  Mirantin vient du bas latin mirari (admirer) et miratorium (miroir) et traduit probablement le beau point de vue depuis son sommet. Nous sommes donc en Beaufortain avec Patrick et Christophe et voilà bien longtemps que nous n'avions pas mis les pieds dans le cœur de ce beau massif savoyard. Finalement ça n'est pas si loin que ça !

La journée commence mal : Patrick casse l'ergot de sa fixation avant lors du chaussage et nous sommes contraints de remonter en voiture pour aller louer une paire de ski à la station d'Arêches. Heureusement que nous n'étions pas au fin fond d'un vallon isolé... Nous partons finalement à 10h du hameau des Carroz-dessus avec l'avantage d'être déjà au soleil.


Nous voilà au coeur de jolis terrains boisés agrémentés de vieux chalets typiques du massif. Avec le Mont-Blanc en toile de fond, il faut bien avouer que le cadre est plutôt pas mal.


Cette course étant une grande classique, et le secteur étant un des mieux enneigés actuellement (c'est d'ailleurs pour ça que nous sommes là), il y a beaucoup, beaucoup de monde. Nous voici sur la croupe qui donne accès à la superbe pente terminale sous le sommet.


Christophe nous rejoint, au milieu de la "foule". Il n'y a pas de doute, le Beaufortain est bien le temple de la randonnée ! Remarquez la belle dent à droite dans son dos, c'est la célèbre Pierra Menta que nous avions côtoyée de près lors de cette belle journée du 9 mars 2013.


Voilà la pente terminale : une belle face de 300 mètres qui nous mènera au sommet de la Légette du Mirantin (2353m). On a du monde devant nous...


Une jolie traversée à l'ombre sur une trace digne d'une autoroute nous amène au pied de la face. Dans notre dos, le Mont-Blanc trône dans toute sa splendeur.


Christophe commence à peiner un peu, il a un coup de fringale (et oui, nous sommes partis tard et il est déjà 12h15...) et s'arrêtera même un peu plus haut pour manger un bout et repartir en meilleure forme.


A 12h45, nous sommes au sommet avec Patrick et au-moins une vingtaine de personnes. Il ne fait vraiment pas froid (même si on supporte la doudoune) alors qu'il faisait -7°C à la maison ce matin et même jusqu'à -11°C au plus froid dans la vallée de La Rochette !


Juste en face,  le Mont Mirantin (2460m) dont aucun d'entre-nous n'a encore foulé le sommet. Nous aurions peut-être dû y aller aujourd'hui, il y a beaucoup moins de monde qu'ici et beaucoup plus de zones vierges dont nous aurions pu profiter à la descente !


Du monde ? Vraiment ? Et il en arrive encore !


Christophe nous rejoint 1/4 d'heure plus tard et nous profitons du panorama grandiose s'il en est.



Puis c'est l'heure de la descente, le haut est plutôt pas mal même si c'est déjà bien tracé et que quelques requins rôdent (preuve que l'épaisseur de neige n'est pas au niveau qu'elle devrait).


Christophe en action.


Suivi de près par Patrick.


Après la face sommitale, on quitte l'itinéraire de montée pour filer vers des zones moins tracées où il y a de quoi se faire plaisir. La neige est excellente, froide et légère. Du bonheur.






Et nous voilà déjà revenus dans les prés du bas où la neige est encore plus que correcte.



La saison est enfin lancée !
D+ 1250m