dimanche 19 février 2017

Pérégrination dévoluarde

Je devais faire une sortie avec Patrick, mais l'animal s'est enquillé 2000 mètres de dénivelé samedi et annule donc notre rendez-vous de dimanche. Romain est dans la "Yaute", trop loin. Et ma dernière carte - Didier - décline mon invitation car il a également randonné samedi et dédie son dimanche au ski avec ses enfants. Dommage, dommage... mais cela a un avantage : je peux partir à l'heure qui me plaît et aller faire le tour qui me convient sans autres contraintes que celles que je veux bien me fixer ! Du coup je quitte la maison à 5h15 et, après 1h15 de route, me retrouve un peu après 6h30 prêt au départ dans le petit hameau du Mas. Je suis dans le Dévoluy, massif que je continue de découvrir avec délectation.


Le manque de neige actuel fait que je porte les skis au départ et même après avoir trouvé la neige car celle-ci est bien regelée et porte sans soucis. Je finis par chausser les skis et, après 400 mètres de dénivelé, arrive à 7h20 en vue de la cabane de Pierre Baudinard accolée à son gros rocher.


Un chouette coin et un joli objectif pour une balade facile en famille qui offre un splendide panorama !


Je ne suis qu'au début de mon périple, il me faut remonter le long vallon du Mas en direction de l'Ouest. Au fond, servant de point de mire, le Rougnou (2577m).


Un spectateur m'observe...


A 7h40 précisément, le soleil éclaire les sommets.


Et un peu avant 8h, c'est à mon tour de profiter de la chaleur des rayons solaires qui débouchent dans mon dos derrière la montagne de Faraut.


C'est l'heure des couleurs chaudes réservées aux versants Est.


Le vallon est bordé sur la gauche par la longue crête de la Clape qui aboutit à un des sommets phares du massif, la Tête de l'Aupet (2627m). J'ai promis à Patrick qu'on irait ensemble donc ce ne sera pas mon objectif aujourd'hui !


Un sommet qui va continuer à m'obséder car je l'aurai sous les yeux quasiment toute la journée et il est vraiment trop beau ! Patrick, on y va quand ? Au fond, facilement reconnaissable, le plateau de Bure.


Je continue de monter et atteins le premier sommet du jour, la Tête de Lapras (2584m) qui offre une vue imprenable sur le point culminant du massif, j'ai nommé l'Obiou (2789m). D'ici, je peux aussi contempler les trois prochains sommets que je vais fouler aujourd'hui : le Bonnet de l'Evêque, la Tête de la Cavale et le Nid.


Trois sommets que je retrouve face à moi depuis le col de Lapras, en bas de ma première descente du jour - la face Sud-Ouest de la Tête de Lapras - effectuée sur une neige bien béton qui secoue les cuisses. A gauche, le Nid (2509m) qui sera dans 3h environ le dernier sommet de la balade. Auparavant je vais rejoindre le Bonnet de l'Evêque (2663m), bout de l'arête sur la droite de la photo (avec un pierrier juste sous son sommet) puis enchaîner sur la Tête de la Cavale (2697m) dont je redescendrai le couloir Sud (en diagonale sur la photo).


L'itinéraire commence par une courte descente dans la combe de la Prison (beau nom, n'est-ce pas ?), l'occasion de quelques virages dans une petite poudreuse vierge de traces. Il faut dire qu'il n'y a pas grand monde par ici.


Il faudra ensuite remonter en face au col de la Fuvelle, à la limite entre ombre et soleil.


25 minutes plus tard, je suis presque au col de la Fuvelle, laissant derrière moi (de gauche à droite) la Tête de Lapras, la Tête de l'Aupet, le Rougnou et el Nid.


Encore quelques efforts pour remonter la pente Sud du Bonnet de l'Evêque, le panorama derrière moi s'ouvre de plus en plus, le cadre est fantastique.


Et que dire de la vue qui s'offre à moi une fois arrivé au deuxième sommet du jour, le Bonnet de l'Evêque (2663m) ? C'est mon second passage ici, le premier c'était en juillet 2012, une de mes plus belles journées en montagne ! J'étais arrivé par l'arête du Rattier qui est là sous mes yeux.


Ce jour là, j'avais continué vers l'Obiou par le Malpasset, itinéraire un peu technique et compliqué en hiver mais où j'irai probablement un jour prochain histoire de skier cette belle pente dans l'ombre : la face Nord de Malpasset.


Aujourd'hui je pars de l'autre côté en direction la Tête de la Cavale (2697m), troisième sommet du jour  qui s'atteint facilement par une arête débonnaire.


J'y arrive quasiment en même temps que 2 gars sortis de la face Ouest. Ces derniers vont justement à l'Obiou et je ne m'explique toujours pas pourquoi je ne les ai pas accompagnés...



Je reste en effet sur mon programme initial qui consiste à skier la face Sud de la Tête de la Cavale dont je rejoins l'entrée via cette jolie arête neigeuse.


Voilà le couloir visé, une belle rampe assez pentue (40/45°) sur les 200 mètres supérieurs malheureusement en neige dure, le léger vent ayant empêché la transformation de la neige que j'avais espérée.


Sacré toboggan quand même !


Vu d'en bas c'est beaucoup moins impressionnant.


Je n'ai plus qu'à profiter de la neige qui s'est ici bien transformée et me laisser glisser jusqu'au pied du Nid, mon prochain objectif. A ma gauche, une harde de chamois s'éloigne vers le col de la Fuvelle dans les pentes où j'étais tout à l'heure.


Devant moi, la dernière pente du jour marquée d'une belle trace que je n'ai plus qu'à suivre pour les 100 derniers mètres de dénivelé du jour.


A 12h25 je suis au sommet du Nid (2509m) qui offre un vue incomparable sur la face Sud de la Tête de la Cavale que je viens tout juste de skier et l'Obiou à droite.


En zoomant vers l'Obiou, je peux repérer les 2 gars de tout à l'heure qui approchent du sommet.


Vers l'Est, belle vue également sur la Tête de Lapras où j'étais 3 heures plus tôt.


Ainsi que vers le Sud avec le Rougnou, la Tête de l'Aupet et le Grand Ferrand au fond.


Sous mes pieds côté Ouest, en faisant attention à ne pas trop m'approcher car il y a une corniche, voilà les pentes des petites Charances qui dominent les méandres de l'Ebron.


Après le pique-nique, c'est l'heure de la descente. Pas trop de photos, je fais peu de pauses...


La boucle est bouclée à 13h45, soit un peu plus de 7h après avoir quitté la voiture.
Quatre sommets et 2250m de D+, voilà une matinée bien remplie à la découverte de ce beau massif du Dévoluy.