vendredi 31 mars 2017

Grande pucelle

C'était une demande formulée par Elise il y a quelque temps : passer un moment en montagne en tête-à-tête avec son père. N'allant pas au lycée ce vendredi (ses profs étant occupés sur des épreuves de bac et ne pouvant donc pas assurer leurs cours...) et ayant moi-même des jours à prendre, nous voilà donc partis en direction des célèbres Trois Pucelles comme nous l'avions fait avec Marie en  2013.


Elise découvre les vestiges du tremplin de St-Nizier, un reste des J.O. de 68 en bien piteux état...


Elle est super motivée et monte comme un avion, ça fait plaisir ! Là-haut se découpe l'arête que nous allons chevaucher d'ici une trentaine de minutes.


35 minutes exactement, c'est le temps que nous mettons entre la voiture et le pied de l'arête où débute l'escalade. Elise découvre la fantastique vue sur l'agglomération grenobloise et l'immortalise dans son téléphone.


C'est le moment de s'encorder car les hostilités vont commencer. Heureusement ça débute tranquillement par une arête débonnaire qui permet d'appréhender le vide progressivement.


Nous arrivons rapidement au point où nous nous étions arrêtés avec Marie.


Cette fois-ci j'ai été plus prévoyant, nous avons corde, baudrier, dégaines et descendeur et nous pouvons donc continuer ! Une courte descente puis 2 pas d'escalade et me voilà sur la 2ème pointe. Au tour d'Elise de me rejoindre...


Un peu d'appréhension du vide mais bien géré par Mademoiselle qui franchit cette première difficulté avec le sourire.


La suite est plus difficile : un rappel d'une quinzaine de mètres dans une ambiance bien gazeuse. L'angoisse prend le dessus et quelques encouragements sont nécessaires avant qu'elle finisse pas oser se mettre en tension sur la corde...


La voilà au relais dans la brèche, le sourire revenu. Elle ne sait pas encore qu'il va falloir remonter sur la pointe contre laquelle elle est adossée...


On rentre ici réellement dans le domaine de l'escalade, même si c'est court il faut s'employer pour monter.



Sommet de la Grande Pucelle, nous nous offrons un moment de contemplation face à la ville.


Puis Elise prend la tête dans la descente. A elle de trouver le bon chemin !


Une belle petite rampe à descendre...


Et nous voilà revenus à notre point de départ après une boucle d'1h30 environ. Nous pouvons appeler Sonia pour la rassurer et prendre le pique-nique avant de redescendre.


Un bon moment passé en tête-à-tête avec Elise, des instants qui comptent...