samedi 11 mars 2017

Peyrouse

Après un week-end sans sortie (c'est rare), retour aux affaires ce matin avec Patrick, Romain et Thierry.  Direction la barrière Est du Vercors pour une boucle au-dessus de St-Andéol que nous avions déjà réalisée en 2009 avec Romain : montée par le Pas Etoupe et descente par le couloir de la Peyrouse. Au départ du hameau de Garneyre, dans la belle lumière du soleil levant, le théâtre de la balade est sous nos yeux.


La bonne nouvelle du jour, qui nous surprend agréablement, est que malgré la chaleur des trois derniers jours la neige a tenu le coup dans les prés du bas. Nous pensions avoir à porter aujourd'hui, ce ne sera pas le cas ! C'est donc skis aux pieds que nous démarrons à 7h20 sur une neige quand même moyennement regelée.


Le soleil nous rattrape assez vite et la chaleur monte d'un cran. Nous avons bien fait de partir tôt...


Le regel est faible sous le couvert forestier, heureusement il sera meilleur plus haut dès que nous sortirons du bois.


Nous voilà dans les pentes sous les falaises où nous traversons vers la droite pour rejoindre le pied du couloir qui monte au Pas Etoupe.


Là-haut, le gardien des lieux nous surveille...


Passage des skis sur le sac pour la remontée du couloir qui va nous demander environ 25 minutes.


Devant, Thierry et Romain nous distancent un peu. Ils nous attendront en haut.


Le couloir va en se rétrécissant avant de tourner vers la droite.



Une étroiture dans le goulet final nous rappelle que cet hiver 2016/2017 est décidément bien pauvre en neige.


J'accélère un peu pour prendre une photo de Patrick dans la dernière pente. Une belle ambiance n'est-ce pas ?


La corniche en haut est facilement franchissable à droite, bienvenu au Pas Etoupe où Romain nous attend.


Pour se faire une idée de la taille de la bête...


Nous poursuivons à pied en direction des Roches de la Peyrouse, la neige portant bien côté Ouest.


Progression rapide sur les arêtes entre les falaises de la barrière Est et les Hauts-Plateaux du Vercors.



Vers le Sud, le décor n'est pas mal non plus !


Nous voilà en vue de l'entrée du couloir alors qu'un groupe de quatre s'apprête à en sortir. C'est bien, nous sommes synchro (car c'est toujours gênant de descendre dans un couloir alors que d'autres le remontent).


Passage en position descente et nous voilà prêts à plonger dans la pente. Romain s'engage le premier sous l’œil de Patrick et Thierry.



La première pente est raide et il faut quelques mètres avant que Patrick ne déclenche son premier virage. Heureusement, la neige réchauffée est facile à skier et autorise une éventuelle chute ce que Romain expérimente d'ailleurs un peu plus bas.


La pente s'élargit ensuite, je descends plutôt rive droite où la neige est plus ferme, Romain choisit la gauche où c'est plus mou. Ne voyez aucune allusion politique dans cette dernière phrase...


Puis ça se resserre à nouveau.


Voilà l'étroiture entre les falaises avec un rocher au milieu de la pente qui est à peine (voire pas du tout) visible les années de meilleur remplissage. Patrick s'y engage sous l’œil de trois photographes.


Nous abordons la dernière partie du couloir qui se faufile entre les tours rocheuses.


A force de m'arrêter pour prendre des photos, je laisse filer un bâton qui se plante un peu plus bas. Heureusement que la neige est molle sinon je le retrouvais (ou pas d'ailleurs) plusieurs centaines de mètres plus loin !


A la base du couloir, la neige a bien chauffé et s'est transformée en moquette à poils long avec quelques reliefs un peu gênants dans lesquels il faut veiller à ne pas enfourner les spatules.


Les grandes pentes sous le couloir sont un régal à skier.




Un peu de ski bûcheron pour retrouver la piste forestière...


Et voilà le travail, le couloir Est de la Peyrouse est dans le rétroviseur alors qu'on aperçoit les quatre skieurs qui en terminent à leur tour.


Retour à la voiture skis aux pieds, il n'est que 10h10, le week-end peut commencer !


Je rajoute deux photos de moi prises par Thierry, merci à lui !