lundi 29 mai 2017

Salon / coktail

Deux jours de salon BtoB au Parc Floral de Vincennes, voilà mon programme de ce dernier week-end de mai. Pas beaucoup de visiteurs... mais on a su en profiter pour bosser dans des conditions sympa, ce n'est pas mon collègue Willy qui dira le contraire !



vendredi 26 mai 2017

Au cœur de l'Alpe

Aller au col du Galibier le lendemain de son ouverture, c'est la garantie d'en mettre plein les yeux à Odile et Bénédicte. Déjà la route qui mène au cœur de l'Oisans est intéressante en elle-même avec la longue et étroite vallée de la Romanche coincée entre Belledonne et Taillefer, la plaine de Bourg d'Oisans, la montée de la rampe des Commères, et l'arrivée au barrage du Chambon.



Nous empruntons la route de secours qui débouche juste en face de la grande cascade qu'Odile connaît déjà grâce à ce blog.


Puis c'est l'arrivée à La Grave, au pied de la Meije. Même Emma prend la pose devant ce beau panorama.



Une surprise nous attend sur la route du col du Galibier : de gros blocs de neige ont glissé sur la roche lisse et encombrent les trois-quarts de la route, empêchant le passage des véhicules. Nous sommes contraints de déblayer avec les moyens du bord pour pouvoir continuer.


Au-dessus, le cadre est peu banal, pour le plus grand bonheur des filles du Nord.




Nous faisons demi-tour au chalet du col, la route pour le col proprement dit (qui se trouve juste à l'aplomb du tunnel) étant encore fermée.


Nous redescendons au col du Lautaret et prenons la direction du "pied du col". Je ne résiste pas à faire un arrêt pour prendre une photo de ce beau champ de narcisses dominant le petit lac aux eaux turquoises où nous allons pique-niquer.


Après la pause repas, il est l'heure de marcher un peu. J'ai prévu une petite promenade sympathique qui va nous mener aux limites du Parc National des Ecrins mais au cœur de l'Alpe !



C'est beau un torrent de montagne, n'est-ce pas les filles ?



Nous voilà au plan de l'Alpe, ce merveilleux endroit où l'alpage verdoyant côtoie les hauts sommets encore bien blancs à cette époque de l'année.



Nous sommes ici au royaume des marmottes, une rencontre inédite pour Odile et Bénédicte !


C'est aussi le royaume des gentianes de Koch.


Le but de la balade est atteint : voici le refuge de l'Alpe où nous nous octroyons un coup à boire.



Le retour n'est qu'une formalité même en prenant quelques chemins de traverse !



Le petit pincement au cœur ressenti lorsque j'ai croisé un skieur arrivant du sommet des Agneaux ne suffira pas à me gâcher la journée, ce fut tout aussi bon de partager ces lieux avec des amies même si ce n'était pas pour "aller plus haut" comme dit la chanson ! Et je suis certain qu'Odile et Bénédicte ont maintenant le virus...

jeudi 25 mai 2017

Odile (3) Bénédicte (1)

Après les deux sorties consacrées exclusivement à Odile, voilà maintenant Bénédicte qui se joint à nous. Et comme plus on est de fous plus on rit, je pars cette après-midi également avec Sonia et Céline. Direction le col de l'Arzelier, l'occasion d'amener les deux sœurs (Odile et Bénédicte) au pied des Deux Sœurs (Agathe et Sophie) et de leur faire goûter en prime aux joies des remontées mécaniques.




Nous montons jusqu'au Pré Achard d'où le panorama sur la barrière Est du Vercors est toujours aussi saisissant.



Sonia restera là à profiter du lieu, du soleil et des fleurs tandis que nous continuons vers le haut.



Un des intérêts de cette balade est que la vue alterne entre le Sud et le Nord, elle porte même jusqu'au Mont-Blanc.


Autre intérêt, on y trouve un endroit qui se prête particulièrement aux photos !




Nous poursuivons jusqu'au pied du col des Deux Soeurs où nous stoppons car l'heure tourne. D'ici, nous voyons bien le parking où il va maintenant falloir redescendre.


Nous pourrions continuer sur la vire comme ces deux randonneurs mais les filles ne le sentent pas trop, c'est un peu trop engagé à leur goût !


Coup de chance, nous avons le droit à la visite éloignée d'un chamois.



On n'est pas bien sur ces sentiers, les filles ?


Nous retrouvons Sonia en haut du télésiège, désormais fermé, et redescendons par la piste de ski désertée par les VTTistes à cette heure.





Une dure fin de journée pour Odile après les pérégrinations du matin... mais ça valait le coup, non ?

Odile (2)

Après la via ferrata d'hier sur des échelons métalliques plantés dans le rocher presque au cœur de la ville, voilà la balade sauvage au cœur de la nature non aménagée. J'emmène la miss faire un tour du côté du rocher de l'Eperrimont avec l'espoir de lui faire rencontrer en prime un chevreuil, un chamois ou un mouflon. Elle n'aura pas cette chance même si nous faisons fuir un chevreuil dans les bois (j'aurai à peine le temps de l'apercevoir), par contre elle sait désormais que l'animal aboie !



La montée au sommet se fait hors sentier dans des pentes parfois bien raides, dur pour le souffle et les mollets !
Odile est presque en haut
Attention, falaise, ne pas trop s'approcher du bord
Equilibriste au sommet

(Presque) détendue pour profiter du panorama !

Nous descendons ensuite le long de l'arête, profitant de beaux points de vue sur Vif tout là-bas
C'est ici que j'annonce à Odile qu'il va falloir grimper la cheminée entre ces rochers...
D'en haut nous verrons encore mieux Grenoble !
Encordement pour plus de sûreté, Odile s'accroche au rocher
Et voilà, c'est fait.
Pas si difficile, n'est-ce pas ?
La miss s'enhardit et pose sur le piton rocheux

De plus en plus à l'aise je vous dis !
Je laisse la corde, je sais qu'il y a un second passage rocheux

Un beau coin où bien peu de gens viennent et c'est tant mieux

Nous voilà au second passage technique qu'Odile franchit sans problème
Derniers instants sur cette arête magique, la prochaine fois nous irons sur les pics en face ?
Le chemin de retour paraît bien plat après tout ça !
Eh oui Odile, nous étions bien là-haut !