lundi 31 décembre 2018

Agnelons

J'avais simplement envie d'aller faire un petit tour dans mon jardin d'hiver pour bien finir l'année !
Quinze minutes de voiture depuis la maison et je suis au parking à 1150 mètres où je fixe les skis sur le sac. Plus qu'à monter retrouver le soleil.


Belle ambiance ouatée dans la forêt.


A 1400 mètres, comme prévu, voilà le ciel bleu, le soleil et les falaises du Gerbier.


Vingt minutes plus tard, au pied des falaises : au Nord, Chartreuse, Belledonne et le Mont-Blanc tout au fond.


Au Sud, les falaises du Gerbier, les deux dents pointues des Sultanes, le Grand Veymont, le Mont Aiguille...


Au-dessus de ma tête, les bouquetins occupent les zones déneigées en haut du ressaut rocheux qui défend les pentes supérieures du Ranc des Agnelons.


Même si ces pentes sont bien dégarnies, je fixe quand même les crampons pour franchir la barre rocheuse en passant d'une plaque de neige à une autre. C'est qu'une chute ici serait plutôt malvenue.


Au-dessus c'est mieux, les bandes de neige sont suffisamment continues pour me permettre de skier à la descente, ouf !


Photo floue prise au retardateur... Aucun idée comment ça a pu arriver mais ça donne un style !


Une autre pour donner l'ambiance (appareil posé sur un rocher).


Arrivé à la crête, j'avale une mandarine et bois un coup tout en profitant du cadre : les arêtes du Gerbier et la Grande Moucherolle au Sud.


Vers le Nord : l'enfilade du Ranc des Agnelons, Cornafion et Pic St Michel sur fond de Chartreuse.
Et surtout, sous mes pieds, la belle pente que je vais maintenant pouvoir skier !


12h12, c'est l'heure exacte de mon départ skis aux pieds. Pente soutenue mais neige avec bon grip donc pas de stress, je me sens vraiment à ma place dans ces moments là.


Une minute plus tard j'ai déjà avalé la partie haute qui est la plus raide.


Je skie en traversée vers le Nord, le but étant de contourner la barre rocheuse du bas en rejoignant le sentier du col vert. J'ai du coup la chance de croiser un gros bouquetin mâle qui n'est pas plus gêné que ça par mon passage !


Un individu de belle taille quand même !


Au loin, nettement plus farouches et donc à distance respectable, voici mouflons et chamois.


L'itinéraire devient plus compliqué, il faut anticiper pour parvenir à rester sur la neige sans être coupé par une zone déneigée... mais je réussis finalement à rejoindre le sentier du col vert sans encombre. Dur à croire quand je regarde en arrière...



Le retour se fait en suivant le chemin qui est resté bien enneigé, je rejoins la voiture sans problème.




Le sommet du jour vu de la voiture.


Dommage que la météo n'annonce pas de nouvelles précipitations, ça va devenir compliqué pour le ski... en tout cas pour ce qui est du Vercors. Heureusement, la montagne peut se pratiquer aussi autrement que skis aux pieds...

dimanche 30 décembre 2018

Au soleil

Pour fêter ce premier jour où nous sommes tous les cinq en vacances, direction le soleil.
Rien de mieux que Chamrousse pour être au-dessus de la mer de nuages... et rien de tel qu'un petit restaurant suivi d'une micro balade digestive pour que tout le monde ait le sourire !






samedi 29 décembre 2018

Pas de l'Oeille

Il faut remonter à 2014 - c'était déjà un 29 décembre - pour une première sur les skis si tardive, d'habitude je chausse plutôt courant novembre. Mais cette année j'ai raté le coche lors des premières chutes de neige et c'est donc seulement aujourd'hui que je repasse en mode hiver !
Patrick me fait le plaisir de faire la route pour se joindre à moi et nous voilà partis dans mon jardin au-dessus de Prélenfrey où les chasseurs sont encore actifs...


Comme prévu, nous passons au travers de la couche nuageuse vers 1450 mètres d'altitude. L'ambiance change du tout au tout, du brouillard et du froid au ciel bleu, soleil et douce chaleur !


Beau temps, mer calme...


Patrick découvre les Sultanes et le couloir nord dans lequel nous allons monter.


Les skis passent sur le sac et sont remplacés par les crampons pour plus de confort.



Montée à l'ombre dans le couloir nord, sous les falaises du Gerbier.



La première descente nous attend : cette belle (mais courte) pente orientée sud-est où la neige sera revenue à point et qui va nous amener dans le couloir des Sultanes.


Je repère au loin les fidèles bouquetins. Eux aussi profitent de ce beau soleil !


Au zoom c'est mieux...


Premiers virages... Du bonheur à l'état pur.




Re-à l'ombre, re-skis sur le sac et re-crampons aux pieds... La remontée dans le couloir des Sultanes est vite avalée.



Et c'est avec le sourire aux lèvres que Patrick s'attaque à la célèbre corniche du Pas de l'Oeille. Il faut dire que cette année elle fait piètre figure comparée à 11 mois plus tôt !




Nous voilà au Pas de l'Oeille où nous continuons vers le haut.




Pique-nique à la pointe 1937m, un endroit on ne peut plus panoramique.



Place à la descente, attaquée un peu avant 13h30, un horaire savamment calculé pour que la neige soit revenue juste comme il faut. Je demande à Patrick de me prendre en photo au départ de la pente sommitale, le cadre n'étant plutôt pas dégueu...


Puis je reprends l'appareil pour immortaliser aussi ses virages de chartrousin sur la neige du Vercors.



Le passage de la corniche skis aux pieds est un peu acrobatique mais se fait bien.


Ski aérien où il s'agit d'être sûr de sa technique !


Nous plongeons ensuite dans les belles pentes sud-est que je n'avais encore jamais skiées, mais aujourd'hui c'est bien la neige transformée qu'il faut viser donc c'est l'occasion d'aller les visiter. Patrick, pour skier le couloir des Sultanes dans son intégralité, il faudra revenir !



Les larges pentes du bas sont agréables à skier mais il faut se faire léger, les requins (cailloux) ne sont pas loin...



Le retour par la forêt est un peu scabreux mais ça passe pas si mal finalement.



Dommage qu'il faille replonger dans la crasse...


Une première journée de congé bien rentabilisée... et merci Patrick pour la compagnie !