dimanche 18 février 2018

Pumptrack de Vif

« Pumptrack » : c'est un espace réservé avec des parcours de bosses et de virages relevés, un peu comme un parcours de motocross, mais pour VTT.

Nous y avons fait un tour avec Emma qui s'est bien débrouillée (elle a osé s'y lancer, ce n'est pas rien) même si nous sommes loin du niveau des habitués !





Retour aux baskets

La météo n'étant pas au beau fixe ces derniers temps (en tout cas le week-end), ce sont les baskets que je chausse ce matin plutôt que les skis. Ce n'est pas vraiment mon habitude à cette époque mais il faut bien s'adapter... Je pars sur mon parcours fétiche : montée d'Uriol, Echaillon et retour par Champrond, soit une douzaine de kilomètres environ. Largement suffisant pour une reprise.



Toujours aussi raide cette montée d'Uriol !
Le chalet des chasseurs (atteint en une trentaine de minutes environ)


Les pluies abondantes des dernières semaines ont laissé des traces...

Regard en arrière sur Vif

Je suis mieux là que plus haut... 
Falaise de l'Echaillon (il y a quelques minutes j'étais là-haut)

Plus qu'à rentrer !

dimanche 11 février 2018

Montchavin

C'est notre rendez-vous annuel ou presque (grâce à l'appartement de mon oncle et ma tante que je remercie au passage) : le ski à Montchavin. Cette année la neige est au rendez-vous, tant au niveau du sol, avec un épais manteau comme on n'avait pas vu depuis longtemps, qu'au niveau du ciel avec de la neige pendant deux jours !

Samedi matin, nous partons donc sous les flocons mais nous avons quand même droit à une courte éclaircie en haut des pistes qui nous laisse entrevoir le Mont Pourri. Malheureusement cela ne durera pas.

De gauche à droite : Mamie, Elise, Tamara, Marie, Emma
Toute la troupe, menée par papy, s'offre un premier hors-piste ludique sous les rayons du soleil (les seuls que nous verrons du week-end). Une première et longue descente jusqu'aux Bauches qui chauffe les jambes d'emblée !



Nous profitons de l'excellente neige jusqu'à presque 13 heures avant de rentrer casser la croûte à l'appartement. C'est l'avantage d'être installé au pied des pistes.


L'après-midi, Marie et moi faisons une visite au grand hors-piste qui part du Dos Rond pour arriver à Plan Bois et que nous appelons le canyon. Je ne l'avais pas vu aussi rempli depuis longtemps !


Nous y retournons dimanche en fin de matinée avec Elise et Papy.





La partie du bas se resserre, c'est pour ça qu'on a surnommé ce hors-piste le canyon.



Arrivée sur le grand replat de Plan Bois où nous rejoignons les pistes balisées.


C'est en tellement bonnes conditions que j'y retourne l'après-midi avec Elise et Tamara, cette dernière ne l'ayant encore jamais fait. Il faudra attendre encore un peu pour y emmener Emma, les petits hors-pistes dans les bois le long des pistes lui suffisent pour l'instant.




Au final un très bon week-end de ski !

Seul bémol, un week-end qui fait mal au porte-monnaie (300 euros pour les 2 jours...).
Un carton rouge pour la SAP La Plagne (société propriétaire de la station) :
- qui considère qu'un jeune de 12 ans est un adulte (donc plein tarif)
- qui ne fait aucune réduction pour les étudiants (donc plein tarif)
- qui fait tout pour faire acheter un forfait La Plagne ou Paradiski (donc plein tarif) plutôt qu'un forfait Village
- qui ne connaît pas les forfaits 1/2 journée (donc plein tarif)
- etc...

La clientèle est là, pourquoi faire des efforts, hein ?

jeudi 8 février 2018

Paris sous la neige

De passage à la capitale en même temps que la neige... Presque l'impression d'être à la maison !

Début de journée à Nogent-sur-Marne

Charléty et son stade d'entraînement (personne sur la piste ?)

dimanche 4 février 2018

Pierre Blanche

Bonne sortie ce matin au départ de Gresse-en-Vercors où je suis la première voiture garée à 7h. Je file par les pistes qui ont été lissées comme du billard par le service des pistes (probablement hier soir).


En haut du téléski de Pierre Blanche - où j'étais avec Emma dimanche dernier - et alors que le jour se lève,  je quitte le monde aménagé pour faire ma trace dans une belle poudreuse en direction des falaises.



Je vise les pentes là-haut à droite qui sont accessibles par un petit couloir (invisible vu d'ici) dans la barre rocheuse du bas.


La traversée qui ne devait me prendre que quelques minutes s'avère plus compliquée que prévue. En effet, la couche de poudreuse (30 centimètre glisse sur le fond dur (une caractéristique de cette année) et cela m'oblige à déchausser pour mettre les crampons. Cela ne m'empêche pas de profiter de la belle lumière jaune matinale !


Malheureusement cela ne dure pas, le soleil passe au-dessus de la couche nuageuse alors que j'atteins le pied des falaises. L'ambiance reste malgré tout au top.



Me voilà au pied du petit couloir d'accès à la face Est de Pierre Blanche. Je décide de ne pas m'y engager : trop de neige fraîche et un fond dur trop présent m'incitent à ne pas aller m'exposer dans les pentes au dessus. Je reviendrai quand les conditions seront plus saines !


Du coup je chausse les skis et m'offre une première descente dans une excellente neige vierge de toutes traces pour rejoindre la voie normale de montée du Pas de la Ville. Que du bonheur !



Après avoir remis les peaux, je rattrape quatre gars dans la montée vers le Pas de la Ville.


J'accompagne trois d'entre-eux jusqu'au Pas de la Ville, puis c'est à eux de me suivre sur l'arête qui mène vers Pierre Blanche. Ils choisissent de ne pas continuer avec moi vers le sommet, préférant descendre dans le couloir Est (dans lequel je m'engagerai à mon tour après être monté au sommet).


Vue d'un peu plus haut alors que deux des gars s'engagent dans la pente.


Sur la crête sommitale, je veille à rester à distance des corniches. Impossible de savoir où se situe la limite de sécurité donc autant rester loin du bord. Cela m'empêche de repérer l'accès à la face Est où j'avais prévu de monter ce matin, dommage !



La descente s'avère un vrai régal d'autant que je suis seul à profiter de ces pentes vierges !



La suite n'est pas mal non plus, j'ajoute ma trace à celles de mes trois acolytes de tout à l'heure.


Ces derniers ne sont d'ailleurs pas bien loin devant moi : ils remontent vers le collu que j'ai descendu ce matin et qui donne accès au ravin de Combe Longue. Ils auront le privilège de le trouver vierge de traces !


Je pourrais faire une traversée à flanc pour perdre le moins de dénivelé possible et éventuellement les rattraper... mais je préfère profiter de cette belle descente et de la neige qui est vraiment excellente. Ce n'est qu'ensuite que je remets à nouveau les peaux sous les skis pour la dernière (courte) montée du jour.


Arrivé au collu, je peux shooter le début de descente de mes compagnons du jour, dont un est télémarkeur.




Puis, après avoir enlevé les peaux et être passé en mode descente, c'est à mon tour d'en profiter. Beau ravin au pied de la face Est de Pierre Blanche où il me faudra revenir pour enfin skier les pentes supérieures...


Une matinée bien rentabilisée, je serai à la maison avant midi !


D+ 1100m - Durée totale 4h15