vendredi 27 avril 2018

Venise (1)

Venise... Probablement la destination la plus choisie pour un week-end en amoureux !
Avec Sonia, on ne déroge pas à la règle mais il s'agit quand même de marquer le coup puisque ce sont  - déjà - nos vingt ans de mariage. Nous voilà donc partis à la découverte de cette belle et si particulière ville italienne posée au milieu de sa lagune.

Nous arrivons vendredi midi par avion et avons la chance d'être installés côté droit de l'appareil... donc d'avoir une première vue sur la ville avant l'atterrissage.


Vingt-cinq minutes de bus et nous sommes Piazzale Roma, à l'entrée de la ville. Notre hôtel étant situé au Lido, nous allons prendre un vaporetto à l'arrêt Ferrovia... qui est de l'autre côté du Grand Canal. L'occasion de marcher un peu et de franchir déjà pas moins de 3 ponts !


Nous ne sommes pas encore bien au fait du fonctionnement des vaporetto et partons... dans le mauvais sens ! Au lieu de voguer sur le Grand Canal, le bateau part vers l'Ouest et fait le tour de la la ville par le Sud via le Canal de la Guidecca. ce n'est au final pas plus mal, nous aurons le temps de faire le Grand Canal lors des trois jours qui viennent et c'est en prime plus rapide.


Passage devant la basilique San Giorgio Maggiore, une des nombreuses églises de Venise. Celle-ci est située sur l'île d'en face et reçoit peut-être un peu moins de visiteurs que les nombreuses autres églises qui parsèment Venise (?).


Nous arrivons pile en face de la place Saint-Marc et découvrons le Palais des Doges et le Campanile le plus haut de la ville (en haut duquel nous monterons en fin de journée).


Changement de vaporetto et, le temps de trouver le bon arrêt pour ne pas repartir dans le mauvais sens, nous ré-embarquons pour une quinzaine de minutes de traversée vers le Lido.


Notre hôtel est bien placé, juste au niveau de l'embarcadère du Lido, nous y déposons les valises et repartons aussitôt à la découverte de la ville.


Retour sur le vaporetto qui nous dépose à l'arrêt Giardini, porte d'entrée du quartier Castello qui est plutôt tranquille, une bonne entrée en matière pour s'imprégner en douceur de l'ambiance si particulière de cette ville.


On quitte le bord de la lagune pour s'enfoncer dans les ruelles qui sont désertes, c'est un vrai plaisir de déambuler à l'aventure sans vraiment de plan de route.


Des ruelles parfois très étroites.


Des canaux qui ne sont jamais bien loin.


Nous arrivons à la Porta dell Arsenale, entrée du chantier naval qui a fait la puissance maritime de la République Sérénissime de Venise. Au XIVe et XVe siècle, c'était ici la plus grande usine du monde avec une organisation du travail à la chaîne en avance sur son temps !


Nous nous enfonçons dans le cœur du quartier de Castello parsemé de ruelles et de canaux, nous dirigeant tranquillement vers le Nord jusqu'à rejoindre la rive du Canal delle Fondamente Nove.






D'ici nous avons une vue sur l'île San Michele, l'île cimetière où les morts ont le privilège d'arriver par bateau ! La place étant limitée - donc chère - seules les familles aisées peuvent aujourd'hui s'y faire enterrer.


Nous longeons le quai et franchissons deux ponts qui enjambent les canaux s'enfonçant dans la ville. Il n'y a pas grand monde dans ce coin de Venise, c'est bien agréable !




Nous arrivons devant la Chiesa dei Gesuiti (ou église Santa Maria Assunta) dans laquelle nous n'entrons pas mais nous y repasserons demain au retour des îles. Les enfants sont sortis de l'école et jouent sur la place, scène banale de la vie locale bien loin de l'image touristique de Venise !


Nous avons changé de quartier et sommes maintenant dans le Cannaregio qui est le quartier Nord de la ville. L'objectif est désormais de revenir vers le Grand Canal tout en déambulant dans les ruelles séparées par de nombreux canaux.



Nous rejoignons progressivement une zone nettement plus touristique et ça se sent, il y a de plus en plus de monde et nous voyons les premières gondoles de notre séjour. C'est simplement que nous arrivons au célèbre Ponte di Rialto, le plus ancien pont enjambant le Grand Canal et un des monuments les plus visités de la Cité des Doges.



Le pont offre de belles vues pour peu qu'on se faufile sur les passages extérieurs assaillis par les nombreux touristes... dont nous sommes !



Le passage central est plus large et bordé de boutiques.


On ne s'attarde pas trop, il y a trop de monde à notre goût et on préfère se perdre dans les petites ruelles où on découvre de nombreuses vitrines de masques.



Nous arrivons ainsi tout naturellement vers la place Saint-Marc, autre point incontournable de la ville. Nous découvrons avec délectation et sous une belle lumière de fin d'après-midi les beaux monuments qui délimitent la place : Campanile, Basilique Saint-Marc, Palais des Doges, Tour de l'Horloge et Piazzetta qui s'ouvre sur la lagune (dans l'ordre des photos).






La Place Saint-Marc et ses célèbres pigeons...


Passage obligatoire pour avoir une vue imbattable sur la place : la montée au sommet du Campanile. Une dizaine de minutes d'attente seulement et nous prenons l'ascenseur pour monter 90 mètres plus haut afin de prendre quelques photos supplémentaires...






Retour au ras du sol, nous profitons encore quelques instants des lieux avant de reprendre le vaporetto pour rentrer au Lido. L'occasion de zoomer sur quelques détails architecturaux dont les statues en haut des colonnes... ou encore sur  celles qui dominent la bibliothèque Saint-Marc et qui plaisent visiblement aux oiseaux !




Nous sommes vraiment dans un lieu hors normes dont les lumières du soir ne font que rehausser la beauté ! Le Palais des Doges est vraiment saisissant...




Rapide coup d’œil au fameux Pont des Soupirs avant de monter dans le vaporetto et clore ce bel après-midi.



La Cité des Doges peut s'endormir tranquille... et nous aussi !