dimanche 29 avril 2018

Venise (3)

Troisième jour dans la cité des Doges, nous sommes dimanche et nous avons choisi d'aller visiter les monuments de la place Saint- Marc. Pas sûr que ce soit un bon choix : il y a déjà du monde en temps normal, alors le dimanche... Nous commençons par la visite du Palais des Doges et du Pont des Soupirs (dans lequel nous allons passer tout à l'heure, il donne accès aux prisons depuis le palais).



Malgré notre inquiétude devant une belle file d'attente, les billets pris à l'avance sur internet nous permettent d'entrer en une dizaine de minutes seulement. Nous découvrons la cour intérieure, impressionnante.



Dans la coursive du premier étage, d'étranges boîtes aux lettres dans lesquelles les vénitiens glissaient leurs lettres de dénonciation anonymes. Bien curieuse pratique qui a heureusement été abolie !


L'escalier d'or (placage véritable d'or 24 carats s'il vous plaît) nous mène au second étage où se trouvent les appartements du Doge (non visitables aujourd'hui) puis au troisième occupé par les différentes salles institutionnelles où les fresques murales et aux plafonds sont toutes aussi impressionnantes les unes que les autres.




Une belle collection d'armes d'époque pour remplacer l'armurie.




Nous arrivons à la plus grande salle du palais : la salle du Grand Conseil. Pas moins de 50 mètres de long par 25 de large, impressionnant ! Sur le mur du fond, probablement la plus grande huile sur toile du monde (22 mètres par 7) réalisée par le Tintoret en 1590 et qui représente le Paradis.


La suite consiste à visiter les prisons situées de l'autre côté d'un petit canal, on y accède par le fameux pont des Soupirs d'où l'on peut voir la masse des touristes venus le prendre en photo.





La visite se termine par l'escalier des géants que j'arrive (difficilement) à prendre en photo sans personne devant !


En sortant, nous prenons la mesure de la foule qui s'amasse sur le quartier Saint-Marc !


Du coup, on reporte la visite de la basilique à plus tard, nous croisons les doigts pour qu'il y ait un peu moins de monde dans l'après-midi... Nous partons flâner dans les ruelles en direction du Ponte dell Academia, le but étant de s'éloigner de la foule et d'aller se promener dans le quartier plus tranquille de Dorsoduro. A chaque coin de rue, c'est une image typique de Venise...




Dans cette ville, il suffit de s'éloigner un peu des axes principaux et il y a tout de suite moins de monde. Ici sur la place Santo Stefano.


Le Ponte dell Academia est malheureusement en travaux, de hautes palissades bouchent la vue quand on le traverse. Je suis juste assez grand pour prendre une photo du Grand Canal en aveugle à bout de bras.



Nous voilà dans le quartier de Dorsoduro, il n'y a (presque) plus personne... même s'il y a toujours un gondolier pas loin à l'affût d'un touriste !



Une succession d'étroites ruelles nous amène jusqu'à l'église San Gregorio puis à la Punta della Dogana où on retrouve de nombreux touristes venus faire des selfies devant la lagune avec Venise en toile de fond.




Un saut de puce en vaporetto et nous retrouvons le quartier Saint-Marc où nous trouvons un restaurant au milieu d'un enchevêtrement de ruelles. Mauvaise adresse (on ne gagne pas à tous les coups) mais c'est là que Sonia trouve dans un blog sur Internet une astuce qui va nous servir : pour éviter la file d'attente à l'entrée de la basilique Saint-Marc, il suffit d'aller directement à la consigne vers laquelle sont envoyés les visiteurs qui ont un sac, on vous y remet une contremarque qui vous permet de ne pas refaire la queue (d'environ 45 minutes). Et cela marche comme sur des roulettes : aucune attente pour nous à l'entrée de la basilique à 14h45, en pleine heure de pointe !


Les mosaïques dorées valent quand même le détour...



L'entrée est gratuite mais nous faisons quand même la queue et payons 2 euros pour accéder au Pala d'Oro, superbe ouvrage d'orfèvrerie où sont enchassés des émaux représentant la vie de Jésus et de Saint-Marc (dont la dépouille est enterrée ici, presque sous nos pieds). (photo interdite, désolé)
En sortant, Sonia ressent le besoin de  boire un bon café : il est l'heure de s'installer sur la terrasse du célèbre café Florian...



Nous avons de la chance, les musiciens jouent pour nous...



Bilan : 6,50 euros le café + 6 euros de forfait "musiciens" (par personne bien-sûr) = 25 euros !!!
En fait ça nous a fait bien rire cette petite blague, on s'en souviendra longtemps...
Pour continuer notre découverte de la cité, nous prenons la direction du quartier San Polo, assistant sur le chemin à quelques scènes pittoresques de croisements de gondoles dans d'étroits canaux.



Nouveau passage sur le pont du Rialto où la foule n'a jamais été aussi dense...


Et nous retrouvons une certaine tranquillité dès que nous nous enfonçons dans le cœur du quartier de San Polo et arrivons à la basilique franciscaine Chiesa Santa Maria dei Frari qui abrite quelques œuvres remarquables.




Nous tombons notamment sur cette vierge au manteau qui n'est pas sans nous rappeler celle de l'église du Genevrey près de chez nous !


Ou encore ce tombeau dédié au doge Giovanni Pesaro qui nous a particulièrement impressionné. Ils en faisaient des caisses à l'époque...


Retour dans des ruelles et le long de canaux quasiment déserts, nous nous "perdons" ainsi jusque dans le quartier Dorsoduro où nous tournons finalement vers la gauche pour retrouver le Grand Canal.



Nous sommes à proximité du pont de l'Académie, toujours en travaux depuis hier...


Il est 18h30, nous sommes fatigués et le temps est maussade, deux raisons suffisantes pour décider de rentrer à l'hôtel. Non bien-sûr sans repasser devant le palais des Doges et le pont des soupirs toujours aussi encombrés de touristes !


Nous avions prévu le soir de manger dans une trattoria que j'avais repérée sur le Net et qui avait l'air bien sympathique mais nous serons refoulés à l'entrée : c'est plein, il aurait fallu réserver. Dommage, mais le restaurant qui le remplacera ne sera pas trop mal quand même !