mardi 31 juillet 2018

L'arrière-pays

Nous commençons ce matin par l'ascension (en voiture...) de la route Serpentine, l'Alpe d'Huez local avec encore plus de lacets puisqu'il y en a 25 au total. La route s'élève au milieu des pins et offre de multiples et spectaculaires points de vue sur la baie de Kotor.



Arrivés au sommet, nous tombons sur une tyrolienne que plusieurs d'entre-nous s'empressent de faire : le câble traverse la combe sommitale qui plonge droit sur Kotor située plusieurs centaines de mètres plus bas.


Traversée en plein ciel...


Nous poursuivons la route jusqu'à Cetinje, l'ancienne capitale royale du Monténégro (au XIXe siècle), petite ville de montagne située sur un plateau au milieu du massif du Lovcen.


Nous reviendrons pour y manger mais, pour l'heure, nous faisons l'aller-retour sur une pittoresque petite route de montagne qui nous amène au mausolée de Petar II Petrovic-Njegos. Un site tout à fait remarquable qui demande un peu d'effort (400 marches environ) mais le panorama en vaut la peine.







Retour à Cetinje où nous déambulons dans la rue principale encadrée de jolies maisons colorées avant de manger à la terrasse d'un restaurant (où nous rigolons bien car le serveur ne maîtrise vraiment pas l'anglais !).



L'heure de la sieste est mise à profit pour une petite balade dans le centre historique afin de voir le palais du roi Nikola ainsi que le monastère où les filles sont obligées de s'affubler de vêtements pour couvrir les épaules et les jambes.





Après ce petit moment culturel, un peu de route supplémentaire nous amène à un point de vue que je ne voulais pas rater : celui des méandres de la rivière Crnojevica. Nous ne sommes pas déçus, dommage que nous n'ayons pas le temps d'aller faire une croisière sur la rivière !


Un endroit fait pour les panoramiques... quand on n'a pas de grand angle !


Une toute petite route de montagne qui nous réserve quelques sueurs froides nous ramène finalement vers la grande route qui relie Podgorica à Cetinje. Il ne nous reste plus qu'à rentrer à la villa et fêter l'anniversaire de Noémie qui marque ce dernier jour de juillet. Nous avions prévu le coup et apporté (à l'insu de Noémie bien-sûr) une bouteille de Champagne et un petit cadeau depuis la France...



lundi 30 juillet 2018

Riviera monténégrine

Notre objectif du jour est Budva, le Saint-Tropez du Monténégro : un charmant village fortifié, sorte de Dubrovnik miniature, qui est devenu une station balnéaire huppée.
Sur la route nous passons devant la plage de Jaz littéralement envahie par les bains de soleil et les parasols. Elle est considérée comme une des plus belles plages du pays, nous sommes contraints de nous y arrêter et, en bons touristes, offrons un tour de bouée tractée aux jeunes.







Après ce bon moment de détente, nous passons à une activité un peu plus culturelle : la visite de la vieille ville de Budva.




La visite de la forteresse vaut le coup ne serait-ce que par les points de vue qu'elle offre sur la ville et la baie qui l'entoure.




 En sortant, pendant que les jeunes regardent les yachts et s'offrent une glace, je fais un saut en courant sur la promenade qui longe la corniche au nord et qui permet de mieux voir les remparts.




Nous reprenons la voiture pour quelques kilomètres afin d'aller voir l'îlot de Sveti Stephan, icône du Monténégro qui est devenue une résidence hôtelière de luxe. Nous ne descendrons pas à la plage où un emplacement se paye quelques dizaines d'euros la journée...



De toute façon l'orage menace (il éclatera même sur la route) et d'un commun accord nous décidons de revenir à la villa afin de profiter de la piscine.



(remarquez l'hirondelle qui vient boire)
 On est bien là, hein les filles ?


dimanche 29 juillet 2018

Péninsule de Lustica

La péninsule de Lustica délimite l'entrée des bouches de Kotor côté sud. La côte rocheuse abrite quelques petits villages dont celui baptisé Rose qui est notre destination du jour. Assez peu de kilomètres pour s'y rendre (une trentaine) mais il faut compter presque une heure. Bienvenu sur les routes monténégrines ! Le trajet offre quelques beaux points de vue sur la baie de Tivat (où s'arrêtent les bateaux de croisière), avec un petit îlot abritant son monastère.


L'étroite route s'élève et domine l'entrée des bouches de Kotor dont la rive nord s'urbanise à vitesse grand V.


Nous voilà au charmant petit village de Rose où nous avons prévu une excursion en bateau. L'avantage d'un groupe de 11 personnes est que le bateau est entièrement pour nous (même si, à la dernière minute, un couple de français et leur enfant se rattachent avec nous).




L'excursion nous fait sortir des bouches de Kotor et passer à proximité de l'îlot de Mamula dont le fort circulaire fut longtemps une prison. Notre capitaine nous apprendra que l'îlot a été récemment acheté par des fonds privés, probable que cet endroit devienne une résidence touristique ou une villa de milliardaire...


L'entrée des bouches de Kotor était bien protégée également côté croate : zoom sur un autre fort érigé sur la pointe sud de la Croatie.


Après 3/4 d'heure de navigation, nous arrivons à la grotte bleue. Un grand moment pour tout le monde lorsque le bateau s'engouffre sous la falaise et reste en stand by le temps qu'on se baigne.





Vers 13 heures, le bateau nous dépose dans une petite anse accessible uniquement par la mer. Nous y resterons 3 heures, installés sur les rochers car la plage est privatisée et il faut payer pour s'y installer...


Après le pique-nique, le programme est simple : snorkeling (même si nous n'avons de de palmes), traversée de l'anse à la nage, sauts et plongeons depuis les rochers, bronzage. Les vacances, quoi !


Nous nous offrons un coup à boire sous les paillotes de ce petit paradis avant que le bateau nous récupère. Dure journée !


Au retour, nous passons devant l'entrée d'une base de sous-marins datant de l'époque de Tito.


Un petit tour à pied dans le village de Rose et un peu de route au cœur de la péninsule de Lustica pour rentrer à la villa occupent notre fin d'après-midi.